Actualités

«Nous souhaitons réduire encore davantage les inégalités salariales»

Avec une part inexplicable de -2,2% des écarts de salaires entre femmes et hommes, la Poste est très bien positionnée par rapport à d’autres entreprises. Elle souhaite néanmoins réduire encore plus cette part. Responsable Personnel Valérie Schelker explique de quelle manière la Poste compte atteindre cet objectif et pourquoi elle a signé la Charte pour l’égalité salariale.

Marcel Suter

Section Contenu riche

Responsable Personnel Valérie Schelker
Responsable Personnel Valérie Schelker

Valérie Schelker, avez-vous déjà été confrontée personnellement à une discrimination salariale par rapport à un homme occupant un poste équivalent au vôtre?

Non, du moins pas consciemment.

C’est un thème qui vous préoccupe depuis longtemps. Pourquoi?

L’égalité de traitement me tient particulièrement à cœur car, en notre qualité d’entreprise liée à la Confédération, nous assumons un rôle de modèle. D’une manière générale, ne souhaitons éliminer toute forme de discrimination et promouvoir l’égalité des chances, indépendamment de la langue, de l’origine culturelle, de l’âge et du sexe.

Pourtant, les femmes continuent de gagner moins que les hommes à la Poste…

En 2018, nous avons demandé pour la troisième fois au bureau Bass de contrôler la parité des salaires. Les résultats sont réjouissants. La part inexplicable des écarts de salaires est passée de -3,7% en 2016 à -2,2%. À titre de comparaison, cette part s’élevait en 2016 à -5,9% dans le secteur public et même à -7,7% dans le secteur privé.

Y a-t-il des explications permettant de justifier ces écarts?

Selon une hypothèse, les femmes négocieraient moins bien leur salaire que les hommes au moment de l’embauche. Une étude réalisée en Allemagne a montré que les attentes des étudiantes en matière de salaire initial se montaient à 5300 euros de moins que celles de leurs homologues masculins. Les femmes débutant avec un salaire plus bas, les mesures salariales générales ne permettent guère de les amener au même niveau que les hommes. À la Poste, notre système de rémunération transparent contribue à la parité des salaires.

La Poste fait-elle d’autres efforts?

Notre objectif est de réduire encore davantage la part inexplicable des inégalités salariales. Nous souhaitons sensibiliser la hiérarchie et les responsables RH à cette thématique, dès l’embauche mais aussi dans le cadre du développement professionnel des femmes. Nous avons en outre mis en place un service de communication à destination des collaboratrices et des collaborateurs.

À quoi sert le service de communication des cas d’inégalités salariales mis en place en septembre dernier?

Les collaboratrices et les collaborateurs qui pensent être victimes de discrimination salariale peuvent communiquer leur préoccupation en ligne (sur le site web www.poste-courage.ch de Poste Courage) après en avoir discuté avec leur hiérarchie. Jusqu’à présent, seuls quelques cas ont été signalés.

Vous avez signé aujourd’hui la «Charte pour l’égalité salariale dans le secteur public» du DFI. Pour quelle raison?

La Charte signale que nous assumons notre rôle de modèle et que nous luttons contre toute forme de discrimination. La Poste s’engage ainsi, en plus de la sensibilisation à cette thématique, à vérifier régulièrement l’égalité des salaires et à communiquer les résultats de cet engagement.

rédigé par

Marcel Suter