Personnes

Vive les conserves maison!

Du champ à la table: tandis que la Poste livre désormais des produits frais de la ferme directement sur le pas de la porte, des membres de son personnel voient aussi la vie en vert et cultivent eux-mêmes leurs légumes.

Caroline Huber

Damara Rettenmund, collaboratrice Support de vente chez PostMail et son ami Florian cultivent un potager à Berne.
Damara Rettenmund, collaboratrice Support de vente chez PostMail et son ami Florian cultivent un potager à Berne. (Copyright: Lena Schläppi)

Des membres du personnel de la Poste se sont mis au jardinage, à l’image de Damara Rettenmund, support de vente PostMail à Berne, qui cultive un potager avec son ami Florian. Passé le stade des jardinières de balcon, où poussaient essentiellement des piments, ils se sont mis en quête d’une plus vaste surface cultivable et ont porté leur choix sur un jardin ouvrier. Pour pouvoir en louer un, il leur a tout d’abord fallu suivre des cours de jardinage.

Damara pèle les légumes. Du piment pousse à l’arrière-plan.
Damara pèle les légumes. (Copyright: Lena Schläppi)

Ayant aussi écouté les bons conseils de leurs mères respectives, ils cultivent aujourd’hui à peu près tout, des courgettes aux choux-fleurs. Ils consomment leurs propres légumes pendant tout l’été et utilisent ce qu’il reste pour élaborer de l’huile pimentée et des épices, ainsi que des bocaux de légumes marinés.

Huile et sel de piment, légumes marinés en conserve, salade et chou-fleur.
En automne également, on peut encore récolter des fruits et légumes. Et les légumes de l’été en conserve! (Copyright: Lena Schläppi)

Directement de la ferme à l’assiette

Depuis plusieurs années, le mouvement «Farm-to-Table», ou «du champ à la table», ne cesse de gagner en importance partout dans le monde. La Poste adhère à cette tendance en livrant des produits frais de la ferme directement sur le pas de la porte des clients dans le cadre de ses tournées de distribution ordinaires. Le circuit d’acheminement des produits alimentaires est résolument plus court et plus écologique quand on cultive soi-même ses légumes.

La main verte chez le Géant jaune

Ernestina Casini récolte ses tomates dans sa serre.
Fascination et détente: Ernestina Casini partage sa recette pour une sauce tomate maison (voir ci-dessous). Les tomates fraîches sont indispensables! (Copyright: Lena Schläppi)

Ernestina Casini, collaboratrice Support de la région de distribution courrier de Bellinzone et membre du groupe Développement durable de PostMail, a également la main verte. Pour la Tessinoise, le jardin potager est à la fois un lieu de détente et une source de plaisir. Enfant, elle passait souvent ses vacances d’été chez ses grands-parents, où elle a appris à préparer des conserves de tomates fraîchement cueillies. Aujourd’hui, elle a sa propre serre et prend plaisir à concocter la sauce tomate qu’affectionnaient ses aïeuls: «Laver les tomates, les couper en quatre et les plonger dans une casserole portée à ébullition. Retirer la peau et les grains à l’aide d’un moulin à légumes. Faire cuire la pulpe de tomates à feu doux pendant une heure en ajoutant quelques feuilles de basilic. Verser la sauce encore chaude dans des bocaux stérilisés. Placer les bocaux pleins et obturés dans une grande marmite emplie d’eau et laisser cuire pendant encore une heure. Après refroidissement des bocaux, les stocker à l’abri de la lumière. C’est très simple!»

rédigé par

Caroline Huber