Corona, Éclairages

«Les clients réagissent très rapidement aux changements»

La crise liée au coronavirus impacte la croissance escomptée dans les transports publics et modifie les pratiques en matière de mobilité. Martina Müggler, responsable Stratégie et innovation chez CarPostal, s’exprime au sujet de la baisse du nombre de voyageurs, de l’évolution de la mobilité de la population et des services de transport du futur.

Ben Küchler

Section Contenu riche

Dans un sondage auprès des collaborateurs de la Poste en septembre, 61% des participants ont indiqué utiliser moins les transports publics depuis l’apparition du coronavirus. Ce chiffre correspond-il à la tendance générale?

Oui. En raison de la pandémie de coronavirus, la population effectue moins de trajets pour se rendre au travail et de nombreuses réunions et manifestations se déroulent sous forme virtuelle. Par ailleurs, une enquête menée par l’EPF sur les pratiques en matière de mobilité montre que certaines personnes ont délaissé les transports publics en faveur de leur véhicule privé. La demande en matière de transports publics a donc réellement reculé et l’année 2020 représente un véritable tournant pour le secteur. Pendant le semi-confinement, nous n’avons parfois transporté que 10% des usagers habituels des cars postaux. Au cours de l’été et au début de l’automne, ce taux avoisinait de nouveau une moyenne de 80%. Mais le chiffre est reparti à la baisse depuis le début de la deuxième vague. Nous avons constaté que nos clients réagissaient très vite aux changements et pouvaient adapter leur comportement. De ce fait, nous devons à présent poursuivre le développement de l’offre de transports publics en fonction de leurs besoins.

Qu’entendez-vous par là? Quel est votre cap stratégique?

D’ici à 2030, on s’attend à une augmentation des prestations de transport dans le monde entier et également en Suisse. En comparaison des transports motorisés individuels, les transports publics connaîtront une croissance forte supérieure à la moyenne. Même si la crise liée au coronavirus impacte la croissance escomptée et modifie les pratiques de mobilité, on peut partir du principe que la demande va augmenter à long terme et que la mobilité restera un secteur de croissance. Afin de pouvoir tirer profit de cette croissance, nous devons toutefois être disposés à évoluer et à intégrer encore davantage dans nos offres les trois tendances que sont la durabilité, la numérisation et la mobilité partagée. Le nouveau taxi londonien de CarPostal illustre parfaitement la manière dont ces éléments sont d’ores et déjà combinés: ce véhicule électrique peut en effet être réservé en toute simplicité via l’application PubliCar et, grâce au système de pooling, il peut transporter en même temps plusieurs voyageurs qui vont dans la même direction.

Le transport de passagers d’un point A à un point B sur des lignes fixes et selon des horaires prédéfinis demeure l’activité clé de CarPostal. Existe-t-il ici un potentiel d’amélioration?

Le fait que les lignes à courses régulières restent notre activité de base est incontestable. Mais il nous faut également adapter ces modes de transport public «classiques» aux nouvelles réalités. La durabilité tient ici un rôle important. D’une part, nous devons réfléchir à la manière dont nous pouvons optimiser la fréquentation de chaque course, car de nombreux cars postaux sont bondés aux heures de pointe mais ne transportent que peu de voyageurs aux heures creuses. D’autre part, il nous faut davantage miser sur des technologies de propulsion alternatives afin de réduire aussi directement nos émissions de CO2. Par ailleurs, nous avons encore une marge de progression en matière de numérisation. Nous pouvons ainsi moderniser la vente de billets grâce aux nouvelles solutions électroniques, et améliorer l’expérience client en lançant des abonnements et offres inédits.

Ces nouveautés finiront-elles par mettre un terme aux horaires et lignes fixes?

Nous conserverons les horaires fixes encore longtemps, notamment dans les régions densément peuplées. Cependant, des solutions plus flexibles en matière de transports publics seront sans doute pertinentes dans les zones mal desservies. CarPostal veille depuis toujours à raccorder les vallées et régions de montagne isolées au réseau de transports publics suisse, et entend continuer à s’en assurer par conviction pour le service public. Nous devons néanmoins pousser plus loin nos réflexions et nous demander si un horaire cadencé fixe est systématiquement indiqué. Si nous sommes capables de proposer des offres flexibles à la demande dans ces régions, nos commanditaires pourront bénéficier d’une solution optimale et moderne en évitant que des cars postaux quasiment vides ne circulent toutes les heures. À l’avenir, il y aura un mix entre transports réguliers et services à la demande. Dans les villes, notre offre de vélo-partage PubliBike continuera en outre de jouer un rôle important sur le premier et sur le dernier kilomètre.

Chez CarPostal, les innovations sont une évidence, et ce depuis les débuts en 1906. Mais comment finance-t-on des projets d’une telle envergure?

Inscrite dans notre ADN, l’innovation est essentielle à la survie de notre entreprise. L’un des exemples est le remplacement de la diligence par l’automobile postale, une étape qui fut à l’époque décriée et tout sauf simple. Aujourd’hui, nous savons qu’elle était essentielle. Depuis, nous avons évolué au rythme des innovations: premières traversées de cols, introduction des horaires en ligne, Wi-Fi gratuit, applications intelligentes, navettes autonomes ou encore offres de porte à porte avec pooling. Naturellement, ces changements importants pour le secteur des transports publics suisses doivent être financés. À ce niveau, nous continuons d’avoir besoin de nos partenaires et de nos commanditaires. En parallèle, les acteurs politiques doivent saisir l’importance de ces avancées, écarter les obstacles réglementaires et encourager l’innovation. C’est à cette seule condition que nous resterons un moteur d’innovation majeur pour la mobilité en Suisse.

rédigé par

Ben Küchler