Personnes, Notre engagement

Quand ce sont des postiers qui éteignent le feu

La Poste lance un timbre-poste pour les 150 ans de la Fédération suisse des sapeurs-pompiers. Nous vous présentons trois collaborateurs de la Poste qui revêtent la tenue de pompier pendant leur temps libre.

Simone Hubacher

Photo: Annette Boutellier

Stephan Schick, caserne de Singine-Nord, Tavel

«Comme je vis à proximité de la caserne à Tavel, je suis rapidement sur place. Ce fut aussi la nuit du Nouvel An 2018, lorsqu’un incendie s’est déclaré dans un fournil de notre commune, un ancien grenier. Je me suis retrouvé le premier sur les lieux avec le camion-citerne et j’ai commencé à éteindre les flammes tout seul, c’était déjà quelque chose. La caserne de Singine-Nord regroupe huit communes de la Singine. Nous comptons 380 membres. En tant que chauffeur, machiniste et responsable de la section Trafic, mon activité est variée. Je suis pompier depuis onze ans et j’ai rejoint la caserne parce qu’on recherchait des chauffeurs. Mais pour moi, cela représente aussi un service à la société. Mon plus mauvais souvenir reste l’incendie qui a ravagé une ferme. De nombreux animaux ont péri.»

Thomas Schwarzentruber, caserne de Menznau

«En 20 ans chez les pompiers, les inondations de 2005 constituent mon expérience la plus marquante. Je suis resté en intervention pendant une semaine, nous avons pompé des caves, bloqué des routes et des ponts, évacué des maisons, mis en place des sacs de sable. Nous avons vraiment atteint nos limites, tout homme et femme que nous sommes, en tant que pompiers. Tu n’oublies plus les sirènes de l’alerte en cas de catastrophe une fois que tu les as entendues. J’ai rejoint les pompiers parce que je voulais connaître plus de monde à Romoos, la commune où j’habitais alors. Maintenant, je suis à la caserne de Menznau, où je suis affecté à la protection respiratoire et où je suis responsable du service ambulancier. On compte entre 18 et 20 formations et exercices par an tandis que les cas graves peuvent aussi bien être deux que dix par an. Heureusement, nous n’avons pas de problème de relève.»

Aurélie Mischler, caserne de Vendline

«Je suis devenue pompier par passion, mon papa était commandant du SIS (Service Incendie et Secours) de Bonfol, mon village. En quelque sorte, j’ai baigné dedans depuis que je suis petite. J’ai surtout à cœur de pouvoir rendre de réels services à la population et d’aider les autres. De plus, la cohésion et le bon esprit qui règnent au sein de mon SIS sont vraiment supers. Je suis toujours très heureuse de retrouver mes collègues lors des revues et je sens que je fais partie d’une équipe forte et compétente. Mon souvenir le plus marquant reste ma 1ère intervention pour un feu de bâtiment. J’étais alors agée de 18 ans et j’ai eu la chance de pénétrer dans le bâtiment en binôme avec mon papa. Nous avons débuté l’extinction de l’incendie et le démontage des plafonds qui nous a donné accès au foyer sous les combles. J’ai ressenti une telle dose d’adrénaline, c’est assez difficile à expliquer mais à ce moment-là j’étais vraiment fière de pouvoir mettre en pratique tout ce que j’avais appris lors de mes cours, surtout en faisant équipe avec mon papa.» (mt)

 

Timbre – 150 ans de la Fédération suisse des sapeurs-pompiers

La Poste lance un timbre-poste spécial sapeurs-pompiers pour les 150 ans de la Fédération suisse des sapeurs-pompiers. Elle rend ainsi hommage à l’engagement bénévole des 85 000 femmes et hommes pompiers en Suisse. C’est Philipp Gurtner de Berne qui a conçu le timbre-poste commémoratif. Il sera disponible dans toutes les filiales à partir du 5 mars et peut être pré-commandé dès à présent sur www.postshop.ch. Affranchissement: 1 franc. 

rédigé par

Simone Hubacher

Rédactrice