Personnes

Une vie haute en couleur

Peintre, musicien, artiste, facteur et père de cinq enfants. Le Lucernois Lukas Hürlimann vit à Malters avec sa famille dans un petit paradis: dehors un jardin luxuriant et dedans un atelier où il peint tous les jours.

Claudia Langenegger

Le peintre et postier Lukas Hürlimann chez lui dans son atelier, un tableau grand format à l’arrière-plan.
Lukas Hürlimann chez lui dans son atelier. Copyright: Franca Pedrazzetti

La pièce est vaste et lumineuse: aux murs, de grandes peintures, dans un coin, un enchevêtrement de cartes postales peintes, sur la table près de la fenêtre, des pots de couleur et des pinceaux de toutes tailles. Le plancher est recouvert d’éclats de peinture, tout comme les chaussons de Lukas Hürlimann. Dans la galerie s’amoncellent des toiles peintes de toutes dimensions.

Le Lucernois présentant de grandes aquarelles sur papier dans son atelier.
Le Lucernois présentant de grandes aquarelles sur papier dans son atelier. Copyright: Franca Pedrazzetti

Un quotidien créatif

«Je peins tous les jours», explique le Lucernois. La toile près de lui (3 mètres sur 1,80 mètre) est peinte avec des couleurs qui se mélangent, les différentes couches transparaissent, les motifs sont abstraits et la technique rappelle l’aquarelle, mais avec son caractère propre.

«C’est de l’encre de Chine», explique-t-il. «J’expérimente beaucoup.» Parfois, il pose les toiles à même le sol et peint sauvagement à la manière de Jackson Pollock.

Une profusion de cartes postales peintes en couleur.
Une profusion d’œuvres d’art au format carte postale. Il en peint au moins 10 par jour. Copyright: Franca Pedrazzetti

Un jeune garçon doué pour la musique

Le Lucernois peint depuis toujours. «En fait, je voulais étudier les arts appliqués», raconte-t-il. Mais pour son père, être artiste n’est pas un vrai métier. Alors Lukas Hürlimann a appris la facture d’orgue à Lucerne et à Zurich. Toutefois, les revenus étaient irréguliers et trop faibles pour nourrir sa famille. Alors qu’ils attendaient leur quatrième enfant, il a changé de travail: après une formation raccourcie, il est devenu facteur dans la vieille ville de Lucerne, où il habitait à l’époque. C’était il y a 25 ans.

Premier argent de poche avec des express

Lukas connaissait bien l’exploitation postale: son père était buraliste postal et il l’a souvent aidé quand il était enfant. «J’ai par exemple distribué des express et ainsi gagné pour la première fois mon propre argent.»

Il est de ces facteurs qui font leur travail avec entrain, toujours le sourire aux lèvres, connaissant quelqu’un à chaque coin de rue et se faisant inviter à boire le café au moins une fois pendant la tournée quotidienne. «Un café c’est possible, mais pendant la pause bien sûr!», souligne-t-il. Il est aussi de ces facteurs qui distribuent le courrier avec une perruque pendant le carnaval de Lucerne.

Une multitude de pots remplis d’encre de Chine de toutes les couleurs recouvrent la table.
La noble encre de Chine est utilisée avec ferveur. Copyright: Franca Pedrazzetti

Travail régulier et liberté artistique

«Le travail à la Poste m’a donné la liberté d’expérimenter et de peindre ce que je veux», explique Lukas Hürlimann. Fritz Tanner, galeriste bernois renommé, l’a encouragé. Un galeriste italien aurait aussi aimé le prendre sous son aile à une époque. Mais ce dernier savait trop exactement ce qu’il voulait. «Il me dit: tu dois peindre ce qui plaît.» Cela ne convenait pas à Lukas, qui aime expérimenter. «Je voulais être libre, ne pas avoir à suivre des goûts déterminés.»

Expositions et séjours dans des ateliers

C’est avec modestie, presque avec une pointe de timidité, qu’il parle de sa peinture et de sa passion pour l’art. Ses œuvres sont pourtant présentées dans plus de cinquante expositions. Il arrive régulièrement qu’il vende un tableau. Il investit alors généralement les recettes dans du matériel de peinture. Ses temps forts: les séjours dans des ateliers au Tessin et sur l’île d’Elbe.

Il aime combiner la peinture à d’autres formes d’art: il participe régulièrement à des performances associant la peinture à la littérature, la musique, les sons, le spectacle et l’expérimentation.

Lukas Hürlimann dans sa gloriette, un accordéon sur les genoux.

Un musicien doué et touche-à-tout

Sa deuxième passion est la musique. Enfant, il a appris la flûte traversière à l’école de musique, puis le piano, la batterie, le saxophone, l’accordéon et quelques autres instruments. Il participe toujours au carnaval de Lucerne en tant que musicien et a même fait une tournée avec trois artistes de cirque et sa partenaire, Regula Christen. Trois amis artistes de l’école de clown de Paris avaient en effet besoin d’un accompagnement musical pour leur tournée en Bretagne. Le couple a ainsi passé ses vacances en qualité de musiciens.

Un peu de détente dans un petit coin de paradis

La prochaine exposition ne se fera sans doute pas attendre bien longtemps. D’ici là, il passe son temps libre à peindre, jouer de la musique et profiter du jardin luxuriant avec ses nombreuses fleurs, son âtre spacieux et son ancienne cabane de chantier qu’ils ont transformé en confortable véranda. Il vit dans un paradis douillet et y trouve un équilibre parfait avec son travail de facteur.

rédigé par

Claudia Langenegger

Rédactrice