Blog

Plus de femmes dans l’informatique: chez IT Poste, elles sont les bienvenues!

Dans les secteurs de l’informatique et de la technologie, les femmes demeurent sous-représentées. À la Poste aussi, nous aimerions que cette tendance évolue. C’est pourquoi nous avons participé à la conférence «WeTechTogether», lors de laquelle la discussion a notamment porté sur la manière d’attirer davantage de femmes dans les secteurs de l’informatique et de la technologie.

Anila Ljena

Section Contenu riche

Intervention d’Anke Raich lors de la troisième conférence «WeTechTogether» au Technopark à Zurich.
Anke Raich a représenté la Poste lors de la troisième conférence «WeTechTogether» au Technopark à Zurich. Elle travaille depuis environ une année comme Product Owner – Integration Services (ISVC) à la Poste.

La conférence «WeTechTogether» a eu lieu pour la troisième fois le 2 octobre au Technopark à Zurich. Cet événement a permis aux femmes œuvrant dans le domaine de l’informatique ou de la technologie d’échanger, de réseauter et de se renseigner au sujet des dernières tendances. Différents exposés ont encouragé les participantes à explorer de nouveaux thèmes et de nouvelles technologies, tandis que des ateliers leur ont permis d’aborder des thèmes précis de manière interactive. Comme toujours, elles ont également pu se rendre à différents stands d’information. Nous avons représenté la Poste sur place et tenu un atelier passionnant sur la gestion agile des produits.

Pourquoi la Poste s’engage-t-elle dans la conférence «WeTechTogether»? La réponse est évidente: en tant que troisième plus grand employeur de Suisse, la Poste recherche en permanence de nouveaux talents dans le domaine de l’informatique et de la technologie. Et sur le marché du travail, nous sommes loin d’être les seuls. La fameuse «guerre des talents» concerne bien plus d’employeurs qu’on ne l’imagine. Si, à l’instar de la Poste, le public nous connaît encore avant tout pour la distribution du courrier et des colis, il est plutôt difficile de faire le lien avec l’informatique. La Poste s’engage en outre activement pour la diversité et l’inclusion, indépendamment de la taille de notre service informatique. Nous voulons ainsi exploiter au mieux le potentiel et la capacité d’innovation d’équipes mixtes. En Suisse, la proportion de femmes dans le secteur de l’informatique se situe à environ 18%. Cette répartition se reflète aussi à la Poste.

Section Contenu riche

Anke Raich (à gauche) et Anila Ljena (à droite)
Agir ensemble pour accueillir davantage de femmes au sein d’IT Poste: Anila Ljena (à droite) a interrogé Anke Raich sur les moyens d’inciter davantage de femmes à travailler dans le secteur de l’informatique.

À l’occasion de la conférence «WeTechTogether», Anke Raich nous explique l’importance de la présence des femmes dans les secteurs de l’informatique et de la technologie. Elle travaille depuis environ une année comme Product Owner – Integration Services (ISVC) à la Poste. Lors de la conférence «WeTechTogether», elle a organisé à l’intention des participantes un atelier sur le thème de la gestion agile des produits. Dans un bref entretien, elle nous précise pourquoi la présence des femmes dans son secteur se fait rare et quels sont les obstacles.

Les secteurs de l’informatique et de la technologie sont qualifiés de non féminins. Pourquoi?

Anke Raich: Je crois que les différents rôles dans le domaine informatique ne sont pas encore suffisamment connus. La plupart du temps, l’informatique est associée au développement ou au codage. Outre des bases techniques, il faut par exemple disposer aussi d’un vaste savoir-faire commercial. Par ailleurs, l’informatique traîne malheureusement la réputation d’une activité masculine, ce qui peut effrayer plus d’une personne.

Quels sont les obstacles ou les défis auxquels les nouvelles arrivantes dans ce secteur se heurtent?

Du point de vue des qualifications et des compétences, je crois qu’il existe dans ce secteur de nombreux préjugés vis-à-vis des femmes. On sous-estime souvent les femmes, alors qu’elles peuvent être aussi compétentes que les hommes dans ce domaine, si ce n’est davantage. Cette dépréciation fait qu’il est plus difficile de se positionner ou de faire ses preuves au sein d’entreprises ou d’équipes.

Comment pouvons-nous encourager les (jeunes) femmes à s’orienter davantage dans le domaine de l’informatique ou de la technologie?

Les différentes perspectives d’évolution et de carrière ainsi que la diversité des thèmes devraient être mieux mises en avant. L’informatique, c’est plus que du simple codage. C’est un domaine où règne la communication et l’esprit d’équipe. On n’y trouve donc pas que des geeks (rires). Il faudrait offrir davantage de possibilités d’engagement aux jeunes femmes. À ce titre, il peut par exemple être utile de se faire une idée d’une équipe agile pour comprendre les différents rôles.

Quels avantages présente une augmentation de la proportion de femmes dans le secteur informatique pour la Poste?

Je soutiens que l’image de la Poste aux yeux de la société pourrait évoluer en augmentant la proportion de femmes dans le secteur informatique. Et comme nous le savons, une bonne mixité parmi nos talents est susceptible d’accroître notre capacité d’innovation. S’agissant des thèmes et des défis, les femmes ont un point de vue et un sens des priorités différents par rapport aux hommes.

Qu’est-ce que la Poste a à offrir aux femmes dans le secteur informatique?

IT Poste offre une très grande flexibilité. Chez nous, il est possible de concilier travail et vie de famille. C’est pour moi un très net avantage dont bénéficient à la fois les hommes et les femmes. Pour citer un exemple parmi tant d’autres, les femmes peuvent facilement intégrer le monde du travail après un congé maternité. 

L’entretien avec Anke et les autres participantes nous l’a prouvé: le secteur de l’informatique recèle un potentiel illimité pour les femmes. À la Poste, nous sommes convaincus que les femmes occuperont une place nettement plus importante dans l’informatique à l’avenir. Chez IT Poste, elles sont en tout cas les bienvenues!

rédigé par

Anila Ljena