Éclairages

«Tout le monde doit pouvoir prendre part à la vie numérique»

La Suisse est l’un des pays les plus compétitifs, mais elle doit combler son retard dans le domaine du numérique. Nicole Burth, responsable de la nouvelle unité d’affaires Services de communication de la Poste depuis le 1er janvier 2021, explique quel rôle joue la Poste dans la transition numérique de la Suisse.

Christina Lamprecht

Section Contenu riche

Nicole Burth
Nicole Burth, responsable de la nouvelle unité d’affaires Services de communication depuis le 1er janvier 2021.

Nicole Burth, à quel point la Suisse est-elle performante dans le domaine du numérique?

La Suisse ne fait pas partie des pays les plus performants sur le plan numérique. Ce sont en particulier le secteur de la santé, l’administration publique et les PME qui sont à la traîne. Outre les autorités et les entreprises, les citoyens sont également appelés à suivre le rythme de la transition numérique. Beaucoup se sentent toutefois dépassés par son évolution fulgurante et sa complexité.

Comment la Suisse peut-elle rattraper son retard?

Afin que la Suisse soit parée pour l’avenir, tout le monde doit pouvoir prendre part à la vie numérique et suivre le rythme des évolutions actuelles. Il s’agit d’assurer l’égalité des chances et donc, de ne laisser personne sur le carreau en matière de transition numérique. C’est là que la Poste entre en jeu. Notre objectif est de préparer la Suisse à la transition numérique et de l’aider à relever les futurs défis dans ce domaine avec des offres et des solutions numériques qui soient simples et sûres.

En quoi vos offres et solutions sont-elles utiles au quotidien?

Elles permettent aux particuliers, aux entreprises et aux administrations d’avoir des interactions numériques intuitives, assorties d’un mode de gestion simple et sécurisé de leurs données. Tout simplement pour que nos solutions puissent également être utilisées par des personnes dont les aptitudes numériques sont limitées, c’est-à-dire près de la moitié de la population suisse, selon l’Office fédéral de la statistique (OFS)Target not accessible. Ce n’est pas seulement en raison de la complexité des applications que les gens se sentent dépassés, mais aussi en raison de la quantité d’informations. En Allemagne, chaque personne possède en moyenne 78 comptes en ligne. Dans un tel cas, même les personnes versées dans le numérique ont de la peine à garder une vue d’ensemble.

Peux-tu citer un exemple concret?

L’exemple des factures montre clairement à quel point la gestion administrative est peu pratique aujourd’hui: on reçoit ses factures à la fois par courrier, par e-mail, dans une application ou on doit les télécharger sur un site web. Notre nouvelle application ePost (Google PlayTarget not accessible et Apple StoreTarget not accessible) y remédie. Il s’agit d’une boîte aux lettres numérique qui permet de recevoir ses factures de manière centralisée, de les archiver au bon endroit grâce à l’intelligence artificielle et de directement les payer.

Pratique. Mais qu’en est-il de la sécurité des données?

Il ne suffit pas de proposer des services conviviaux avec une utilité maximale s’ils ne sont pas sécurisés. Les exigences en matière de confidentialité et de sphère privée dans le traitement des informations et des données sensibles ne cessent de gagner en importance. C’est pourquoi nous mettons au point des applications qui garantissent une sécurité maximale sans que la convivialité en pâtisse.

Comment procédez-vous, concrètement?

Nous investissons dans le développement d’écosystèmes numériques qui permettent de relier les particuliers, les PME et les administrations entre eux, de leur proposer des services et de leur offrir un espace où ils peuvent interagir. Dans l’écosystème pour PME, l’accent est mis sur des solutions telles que l’application ePost et KLARA PMETarget not accessible. KLARA PME est un assistant virtuel qui facilite notamment la comptabilité et le décompte des salaires. Avec l’écosystème destiné aux autorités, nous souhaitons aider les administrations publiques et les communes en leur proposant une solution numérique globale. Nous contribuons par ailleurs à la réintroduction du vote électronique en offrant un système qui permette de vérifier intégralement les votes comptabilisés. Les cantons intéressés pourront l’utiliser pour la première fois d’ici 2023.

Et qu’est-ce qui est prévu dans l’écosystème numérique pour le secteur de la santé?

Nous sommes convaincus que la numérisation du secteur de la santé ainsi que le dossier électronique du patient (DEP) sont des attributs indissociables d’une Suisse moderne. C’est pourquoi nous investissons dans le développement d’un écosystème numérique destiné au secteur de la santé. Depuis 2021, la moitié de la population a accès au DEP. Nous veillons à ce que l’accès à de telles données sensibles relatives à la santé soit sécurisé. Nous sommes également en train de développer notre plateforme E-Health pour aboutir à «Cuore», une plateforme de connexion hautement sécurisée. Celle-ci est ouverte à tous les acteurs de la santé et permet la représentation et la gestion numériques tout au long de la chaîne de soins.

Peux-tu nous dire un mot sur les objectifs atteints en 2021?

Nous avons entrepris et mené à bien de nombreux projets. Déjà près de 36 000 utilisateurs privés ont ainsi pu ouvrir un profil sur l’application ePost, que nous avions lancée en juillet dernier. Quant aux PME, déjà 39 000 d’entre elles utilisent le logiciel de gestion pour entreprises KLARA, auxquelles viennent s’ajouter environ 1200 nouvelles PME chaque mois. Toutes ces PME ont également accès à notre solution ePostTarget not accessible. Le DEP est utilisé par douze cantons depuis le mois de novembre: AG, AR, FR, GE, GL, GR, JU, NE, SG, TI, VD et VS. Nous avons par ailleurs élargi notre portefeuille de produits en adoptant une solution numérique pour les certificats et les signatures. La signature électroniqueTarget not accessible permet aux utilisateurs d’accéder à tous les écosystèmes numériques et à l’ensemble des services traditionnels de la Poste au moyen d’un login unique. L’acquisition majoritaire de la société TresoritTarget not accessible nous a permis de proposer aux particuliers et aux entreprises une solution sécurisée pour la gestion, le stockage, la synchronisation et le partage de fichiers dans le cloud. Cette solution est également intéressante pour les communes.

Et quel est le programme pour 2022?

Nous allons doter chaque écosystème de fonctionnalités supplémentaires et souhaitons gagner d’autres utilisateurs pour toutes nos solutions. Nous faisons également en sorte que les plus de 3 millions de personnes possédant un Login Poste puissent disposer à l’avenir de SwissID. L’un de nos autres objectifs est de faire d’ePost une application importante à l’échelle suisse. En 2022, nous lancerons également la plateforme E-Health «Cuore» et allons continuer à élaborer le DEP du point de vue fonctionnel et réglementaire.

Vous avez donc quelques projets en cours. Quel est celui qui te tient particulièrement à cœur?

C’est vrai que nous progressons avec ambition. Il n’est possible de la concrétiser que si nous travaillons en équipe et que nous prenons plaisir à faire notre travail. C’est la raison pour laquelle mon équipe et les rapports interpersonnels sont si importants pour moi. Chacune et chacun doit pouvoir apporter sa pierre à l’édifice afin que nous puissions non seulement atteindre nos objectifs, mais aussi les dépasser, dans la mesure du possible.

rédigé par

Christina Lamprecht