Innovation et technologie

«Pour le pilote, cela ne change pas grand chose»

Neel Jani (35 ans) est l’un des pilotes automobiles suisses les plus titrés. Il a entre autres remporté les 24 Heures du Mans (F). Sur l’image, il se tient aux côtés de Sébastien Buemi, arrivé troisième à l’E-Prix de Berne.

Sandra Gonseth

Neel Jani, vous vous lancez dans la Formule E pour l’écurie Porsche à la fin de l'année. Comment vous préparez-vous?

Nous avons commencé la phase de test fin mars. Quand il s’agit de bolides de Formule E, nous testons avant tout la stabilité du véhicule et sa performance, c’est-à-dire sa puissance maximale. Dans le simulateur, nous donnons la priorité au logiciel et aux parcours.

Qu’est-ce qui diffère lorsqu’on pilote un bolide électrique?

Les voitures de course électriques quittent le stand avec une accélération incroyablement puissante grâce au couple électrique. Je dois donc adapter ma ligne de conduite en conséquence pour gagner du temps à chaque tour. Sinon, il n’y a pas trop de différences pour le pilote.

Pourquoi passez-vous à la Formule E?

Je continue dans le sport automobile, je change seulement de catégorie. Porsche a décidé de passer de la course des 24 Heures du Mans à la Formule E. Je ne pouvais naturellement pas refuser cette offre.

La Formule E fait également l’objet de critiques. Qu’en pensez-vous?

La critique fait partie du jeu. Il s’agit ici de se poser une question simple: la Formule E a-t-elle du potentiel et peut-elle contribuer à améliorer la mobilité avec de nouvelles idées? Si les gens se posent cette question, la Formule E a déjà atteint son objectif.

Comment vous déplacez-vous à titre privé?

J’attends avec impatience la nouvelle Porsche Taycan, la première Porsche totalement électrique qui sera mise sur le marché fin 2019!

Copyright: Keystone

rédigé par

Sandra Gonseth

Rédactrice