Zone de contenu principal

Vers l’aperçu

Données impersonnelles en libre accès

De Michael Blum | 01.12.2017

La Poste met des données impersonnelles (noms de rues, répertoire des numéros postaux d’acheminement, etc.) à la disposition de tous sur une plateforme Open Data.

Pour pouvoir traiter et distribuer des millions d’envois par jour, il faut forcément connaître la Suisse. D’Aarbach à Zyma, la Poste dispose, en sa qualité de fournisseur de services d’infrastructure, d’une grande quantité de données.

La Poste a récemment publié un premier jeu de données de ce type sur une plateforme qu’elle a développée à cet effet: poste.ch/open-data. Il s’agit par exemple de noms de localités, de communes et de rues ainsi que de détails sur les points d’accès physiques ou des répertoires des numéros postaux d’acheminement.

Avec l’«Open Data», les autorités et les entreprises mettent leurs données impersonnelles à la disposition du grand public, contribuant ainsi à une transparence accrue ainsi qu’à davantage d’innovation et d’économies de coûts. La Confédération et les cantons font également avancer l’Open Data et ont d’ores et déjà publié des milliers de jeux de données à l’adresse opendata.swiss. Combinées intelligemment, ces données ouvertes offrent une valeur ajoutée dans de nombreux domaines. Au vu du type d’informations dont il s’agit (par exemple caractéristiques géographiques brutes), aucun lien ne peut être établi avec des personnes et la protection des données est ainsi garantie.

Dans le cadre d’une collaboration avec l’Institut Human-IST de l’Université de Fribourg, la Poste a exploré les possibilités d’application d’un premier jeu de données lors d’un hackathon à la fin novembre 2017. Edy Portmann, professeur à l’Institut, a organisé le hackathon.

Les participants au hackathon ont reçu de Poste Immobilier des chiffres bruts concernant l’utilisation des bâtiments. Qu’ont-ils fait avec ce matériel de base?

Le hackathon était conçu de manière à ce que les participants regroupés au sein d’équipes interdisciplinaires puissent élaborer des produits innovants et les consolider avec des modèles commerciaux correspondants. Même si les participants avaient des parcours différents, au bout de 36 heures, toutes les équipes ont présenté des idées d’innovation exploitables. Celles-ci ont ensuite été évaluées et récompensées par un jury d’experts. Les meilleurs projets sont à présent développés par Poste Immobilier. 

Pour un utilisateur lambda, les jeux de données se présentent de manière très peu structurée. La charge de travail nécessaire pour en tirer un résultat pertinent n’est-elle pas gigantesque?

Il est possible de déceler des schémas intéressants en analysant des données brutes. Ce sont des faits, donc des informations utiles. En inscrivant les faits découverts dans un contexte, on aboutit à des résultats qui peuvent être vérifiés. S’ils s’avèrent corrects, ils donnent lieu à de nouvelles connaissances. Pour générer des connaissances à partir de données non structurées, il faut non seulement du savoir-faire, mais aussi de la créativité. Malgré une charge de travail conséquente, cette procédure est absolument légitime et justifiée, voire même incontournable, pour innover en matière de produits et de modèles commerciaux.

Pour qui de telles données sont-elles utiles? Les grandes entreprises informatiques?

De manière générale, ces informations sont intéressantes pour les analystes de données et les scientifiques des données de tous horizons, qu’ils travaillent pour une grande entreprise ou une start-up, dans le privé comme dans le public. Il s’agit surtout, comme il en a été fait mention plus tôt, de développer des idées créatives et innovantes qui aboutiront par la suite à de nouveaux produits et modèles commerciaux. En principe, n’importe qui peut mettre à profit ces données et en soutirer un résultat pertinent pour la société, l’administration et/ou l’économie.

Informations complémentaires:

Catégories