Zone de contenu principal

Vers l’aperçu

From New York City to Bern

De Karin Frei | 20.10.2017 | 0 Commentaires

Quel est le quotidien professionnel d’une Américaine en Suisse? En quoi le monde du travail à Berne est-il différent de New York City? Media décrit les différences qu’elle perçoit entre New York City et Berne et la collaboration au sein de son équipe internationale à Swiss Post Solutions.

Media, pouvez-vous vous présenter brièvement?

Je suis une expatriée américaine et je travaille dans l’équipe Global Human Resources de Swiss Post Solutions à Berne. Originaire d’Atlanta en Géorgie, j’ai vécu à New York environ 9 ans avant de déménager en Suisse. Je travaillais pour les RH régionales au siège de Swiss Post Solutions à Manhattan.

En quoi votre activité dans les ressources humaines a-t-elle changé entre votre fonction aux RH régionales à New York et au sein de Global HR?

Au département régional, j’avais beaucoup plus de contact avec les collaborateurs. J’étais davantage impliquée dans les avantages pour le personnel (assurance maladie, avantages sociaux, etc.) et dans le conseil RH en général.

Dans l’équipe Global HR, les thèmes sont plus axés sur la promotion et le développement de différents projets et initiatives en lien avec les RH.

Maintenant, votre équipe est donc entièrement basée à Berne, en Suisse?

Pas exactement, nous sommes cinq personnes en tout, dont deux à Berne, une à Zurich et deux au Royaume-Uni. Cette dimension internationale est très intéressante. Nous accomplissons un très bon travail d’équipe. Cela demande de la flexibilité dans la planification et les thèmes abordés.

Comment se passe la collaboration transfrontalière?

Étonnamment bien. Évidemment, devoir compter sur les technologies quand on ne peut pas se rencontrer en personne comporte des défis. Mais de manière générale, nous arrivons très bien à partager nos idées et à nous répartir les tâches.

À part votre équipe Global HR, êtes-vous en contact avec les autres départements RH de SPS?

Oui, très souvent. Nous avons chaque mois des réunions (par Skype ou téléprésence) avec quelques représentants RH dans les différents pays. Cela permet de discuter des sujets d’actualité, de répondre aux questions et de se tenir informé des changements à l’échelle locale (changements dans l’organisation, changements dans le droit du travail national, besoin de soutien pour le recrutement, etc.).

Pour certains pays éloignés, nous devons tenir compte du décalage horaire et donc planifier les visioconférences plutôt en cas de nécessité.

En quoi le travail en Suisse est-il différent des États-Unis?

En réalité, je pense que la culture change d’une entreprise à l’autre, quel que soit le lieu. Mais de manière générale, il y a beaucoup de différences. Aux États-Unis, une différence majeure est qu’il n’y a pas de contrats de travail. Il y a également des différences dans le bureau lui-même: j’ai dû m’habituer à ne pas avoir de climatisation, et mon premier été a été difficile.

Comment vous détendez-vous pendant votre temps libre?

Depuis que j’ai déménagé en Suisse, je me suis découvert une passion pour la randonnée et le camping, que je n’avais jamais expérimentés à New York. Je trouve fascinant de pouvoir être en une heure ou deux dans les montagnes ou au bord d’un lac. C’est incroyablement relaxant.

J’aime aussi voyager et découvrir de nouvelles cultures. Comme je vis en Europe et qu’il y a tant de cultures et de pays différents à portée de main, j’essaie d’en profiter.

Catégories

0 Commentaires