Zone de contenu principal

Vers l’aperçu

La Poste n'a plus de scooters à essence

Communication du 05.01.2017

Dans son engagement pour le développement durable, la Poste met l’accent sur la protection du climat et utilise donc des solutions de transport durables pour la distribution du courrier. La Poste a maintenant retiré de la circulation les derniers scooters fonctionnant à l’essence. Ainsi, les quelque 6300 véhicules de distribution à deux et à trois roues de la Poste fonctionnent désormais tous à l’électricité et uniquement avec du courant écologique provenant de Suisse. La Poste économise ainsi environ 4600 tonnes d’émissions de CO2 par an. Dans un projet pilote à l’Umwelt Arena de Spreitenbach, la Poste teste également la réutilisation des batteries de scooters électriques mises au rebut.

Les facteurs de la Poste sont écologiques et silencieux lorsqu’ils circulent avec leurs véhicules à deux ou à trois roues, et ils le sont tous. Le passage de la flotte de distribution du courrier de la Poste de l’essence à l’électrique est terminé: le dernier scooter à essence Piaggio Liberty, qui circulait encore pour la distribution du courrier à Stein am Rhein dans le canton de Schaffhouse, a été retiré de la circulation. Il était le dernier des quelque 70 motocyclettes de ce genre qui étaient encore utilisées l’année dernière pour la distribution du courrier, sur les 7500 d’origine. Depuis début 2017, tous les véhicules de distribution à deux et à trois roues de la Poste fonctionnent sur batterie et avec du courant vert certifié «naturemade star» produit en Suisse. Ils sont ainsi significativement plus écologiques que leurs prédécesseurs en service depuis de longues années. Les véhicules électriques nécessitent environ six fois moins d’énergie que les scooters à essence. La Poste économise donc désormais 733 kg de CO2 par véhicule, autrement dit 4600 tonnes d’émissions de CO2 par an.

La flotte de distribution des facteurs lettres compte maintenant majoritairement des véhicules à trois roues «Kyburz DXP». Avec une remorque, le véhicule à trois roues développé pour la Poste par la société suisse Kyburz peut transporter une charge environ trois fois plus élevée qu’un véhicule à deux roues, et il est par ailleurs nettement plus silencieux et plus ergonomique. Avec environ 6300 deux-roues et trois-roues jaunes circulant pour la distribution du courrier en Suisse, la Poste exploite la plus grande flotte de scooters électriques de ce genre en Europe. Le dernier scooter à essence de la Poste sera conduit ce janvier au dépôt du Musée de la communication à Schwarzenburg près de Berne comme objet historique.

La Poste teste la deuxième vie des batteries de ses scooters à l’Umwelt Arena

La Poste attache beaucoup d’importance à la durabilité écologique. Un aspect central en relation avec les scooters fonctionnant sur batterie est la réutilisation des batteries dont la performance, après environ sept ans, ne permet plus d’assurer les tournées quotidiennes des facteurs. En décembre dernier, la Poste a donc démarré le projet «Une deuxième vie pour les batteries des scooters de la Poste». Sous forme d’accumulateur, les batteries éliminées doivent servir au stockage stationnaire du courant dans les bâtiments équipés d’installations solaires. Un des premiers accumulateurs de ce type est en cours de construction à l’Umwelt Arena de Spreitenbach. Il aura une capacité d’environ 10 kWh. Avec la revalorisation des batteries, la Poste traite en même temps deux thèmes importants: la revalorisation des batteries des véhicules électriques et le stockage de l’énergie solaire. En mars de cette année, la Poste construira un deuxième accumulateur à la Poste de la gare de Neuchâtel, où elle exploite une installation solaire.