Zone de contenu principal

Vers l’aperçu

Le réseau postal du futur: plus de prestations et encore plus de points d’accès

Communication du 23.06.2017

La Poste a franchi une nouvelle étape dans l’aménagement de son réseau postal. A l’issue des entretiens menés avec tous les cantons, 3854 points d’accès sont d’ores et déjà à la disposition des clients partout en Suisse. D’ici à 2020, ce chiffre passera à plus de 4200. De plus, de nouvelles prestations ont été introduites, telles que le versement en espèces sur le pas de la porte, et l’offre dans les agences a été renforcée. A long terme, le réseau postal comprendra entre 800 et 900 offices de poste traditionnels. A l’issue d’entretiens approfondis avec les autorités cantonales, la liste nationale comprend d’ores et déjà 765 offices de poste garantis, dont l’existence ne sera pas remise en cause d’ici à la fin 2020. Cette liste sera encore étoffée, de sorte qu’à terme, le réseau postal comprenne les 800 à 900 offices de poste que la Poste s’est engagée à exploiter elle-même. Celle-ci poursuit le dialogue avec les communes, sans préjuger d’aucun résultat, l’objectif étant de trouver à chaque fois la solution qui tiendra le mieux compte des besoins de la population. Si des offices de poste traditionnels doivent être transformés, des solutions de remplacement seront proposées dans chaque cas. Il n’y aura pas de fermetures «sèches».

Comme elle l’a annoncé en octobre 2016, puis communiqué à intervalles réguliers et en toute transparence, la Poste a mené avec les 26 cantons des entretiens en deux temps, au cours desquels elle a écouté les requêtes et attentes des autorités à l’égard de son réseau. La discussion a porté plus particulièrement sur des considérations de politique régionale telles que l’aménagement du territoire et les flux de mobilité. Lors de ce dialogue, la Poste a défini les offices de poste qui resteront inchangés jusqu’à au moins 2020.

L’attrait des agences postales avec des heures d’ouverture doublées

Le format des filiales partenaires s’est largement imposé. Les clients apprécient particulièrement ces agences postales qui ont trouvé leur place dans des épiceries de village, des boulangeries, des offices du tourisme ou encore des administrations communales, notamment pour leurs heures d’ouverture étendues et la souplesse qu’elles permettent. Les guichets postaux intégrés dans ce modèle permettent d’effectuer 97% des opérations postales. Il est possible notamment d’y déposer des lettres et des colis, d’y retirer des envois et d’y acheter des timbres-poste. La PostFinance Card et les cartes de débit courantes permettent d’effectuer des versements sans espèces; des retraits d’espèces jusqu’à 500 francs suisses sont également possibles avec la PostFinance Card. A compter de septembre 2017, les agences réceptionneront également les envois en nombre, répondant ainsi à une demande des associations et des PME. Les retours des clients sur ce modèle sont très positifs et la collaboration avec les partenaires est perçue comme une grande opportunité pour les commerces de détail locaux.

Le versement en espèces sur le pas de la porte et un nombre de points d’accès sensiblement plus élevé

En octobre 2016, la Poste a annoncé qu’elle entendait augmenter le nombre de ses points d’accès de quelque 3700 à plus de 4000. Il s’agit d’agences postales, d’automates My Post 24, de points de dépôt et de retrait ainsi que d’autres points services, que la Poste ne cesse d’étendre et dont le nombre sera supérieur à 4200 d’ici à 2020. La Suisse compte d’ores et déjà 3854 points d’accès, de nouveaux points services tels que les automates My Post 24, les points de dépôt et de retrait et les points clientèle commerciale ayant été mis en place. A ce sujet aussi, la Poste a tenu compte de l’appréciation des cantons concernant les besoins régionaux. En plus des points d’accès, elle étoffe son offre de prestations, en particulier dans les localités qui abritent des filiales partenaires. A partir de septembre 2017, le versement en espèces sera introduit sur le pas de la porte dans les régions qui ne disposent que d’une filiale partenaire, à l’instar de ce qui existe déjà dans les régions où un service à domicile est en place. En raison des dispositions actuellement en vigueur en matière de blanchiment d’argent, les filiales partenaires ne peuvent en revanche pas assurer le trafic des paiements en espèces. En proposant ces solutions et en complétant ses prestations dans ces filiales, la Poste satisfait à d’importantes exigences posées par les milieux politiques en matière de trafic des paiements et pour les PME. Elle examine d’autres extensions de ses prestations pour les PME dans les régions sans office de poste classique.

La Poste prend très au sérieux les besoins des régions

La Poste vient d’engager un dialogue avec les communes sans préjuger de son issue. Tous les offices de poste passés au crible ne seront pas transformés en filiales partenaires ou en services à domicile. La Poste examine chacun d’entre eux au cas par cas. Il est primordial qu’elle dispose dans le cadre de ce dialogue d’une marge de manœuvre qui lui permette de prendre en considération d’autres besoins et particularités des régions. De plus, la population est toujours informée en toute transparence. Depuis le début de l’année, la Poste la convie à une réunion d’information dès qu’il est question de transformer un office de poste en filiale partenaire.

Une desserte postale garantie à tout moment, à un niveau de qualité élevé

La Poste garantit à tout moment la desserte postale sur tout le territoire en fournissant à la population des prestations d’excellente qualité, dans les offices de poste et les filiales partenaires, au travers d’autres points services ou encore de ses produits numériques. La qualité de ses prestations et la densité de son réseau comptent parmi les plus élevés du monde, une étude de l’Union postale universelle et le rapport annuel de la PostCom l’ont de nouveau confirmé récemment On comprendra que la population et la sphère politique expriment de fortes attentes à l’égard de la Poste. Le réseau postal prendra en considération les besoins les plus divers, qu’ils portent sur la mobilité, l’aménagement du territoire ou l’évolution démographique, ainsi que les besoins des villes, des agglomérations et des régions rurales. Cependant, un service universel de qualité ne peut être sauvegardé que si les formats et les prestations peuvent évoluer. Couler le réseau postal dans le bronze ne serait pas pertinent et cela se ferait finalement au détriment des clients. Avec plus de 18’000 employés dans les régions rurales, la Poste est et reste l’un des principaux employeurs à l’échelle régionale.

Une transformation socialement responsable

La Poste s’efforce de transformer le réseau postal de manière socialement responsable. Elle a d’ores et déjà pris plusieurs mesures et lancé des initiatives pour permettre aux collaborateurs concernés d’occuper un autre poste en interne, d’effectuer un perfectionnement ou d’accepter une offre externe; l’une de ces mesures est la mise en place d’une bourse des emplois qui propose des offres internes et externes. Dans la mesure du possible, les licenciements doivent être évités. Il va sans dire que le personnel concerné peut bénéficier du plan social élaboré avec les partenaires sociaux. Comme à l’accoutumée, la Poste poursuit par ailleurs le dialogue avec ces derniers et respecte bien entendu les accords qui relèvent de la convention collective de travail.

Un taux de satisfaction de la clientèle très élevé

La numérisation a entraîné une évolution durable des besoins des clients. Les clients actuels de la Poste ont des besoins plus variés, dont la Poste se doit de tenir compte, ainsi que des nouvelles habitudes. C’est pour elle la seule façon d’assurer sa réussite à long terme et de proposer partout en Suisse des prestations d’excellente qualité. Depuis des années déjà, clients commerciaux et clients privés se déclarent très satisfaits de la distribution ainsi que des produits et prestations de la Poste (80 points sur une échelle de 100). L’entreprise a toujours pour objectif déclaré de simplifier autant que possible la vie des gens en leur proposant des prestations flexibles.

Le développement du réseau postal de demain dépend des futures habitudes des clients, de l’évolution des volumes et de la donne locale. Le fait est qu’au guichet, le chiffre d’affaires a diminué depuis 2000 de 65% pour les lettres, de 46% pour les colis et de quelque 40% pour le trafic des paiements. Et cette tendance se poursuit. La Poste s’est clairement prononcée en faveur d’un réseau comprenant des filiales en exploitation propre et elle n’a élaboré aucun projet prévoyant de revoir le nombre des offices de poste. Comme aujourd’hui, la composition future des points d’accès dépend en premier lieu de la demande et des besoins des clients.

Renseignements:

Léa Wertheimer, Service de presse Poste, 058 341 08 84, presse@poste.ch