Zone de contenu principal

Une deuxième vie pour les batteries des scooters de la Poste

Projet pilote d’accumulateur

La flotte de scooters de la Poste affectés à la distribution est constituée exclusivement de véhicules à deux ou trois roues fonctionnant à l’électricité. Après environ sept ans d’exploitation, leurs batteries ont encore une capacité de stockage de près de 80%. C’est trop peu pour continuer à être employées pour la distribution du courrier, mais plus que suffisant pour une utilisation en tant qu’accumulateur stationnaire d’électricité solaire.

Depuis le printemps 2017, pour utiliser de manière optimale la capacité résiduelle des anciennes batteries de scooters de la Poste, les batteries usagées sont installées dans un accumulateur stationnaire situé dans le bâtiment postal juste à côté de la gare de Neuchâtel, dans le cadre d’un projet pilote. Cet accumulateur stocke l’électricité produite par l’installation solaire placée sur le toit du bâtiment, qui a subi une rénovation énergétique complète. L’électricité est utilisée pour l’office de poste et sert de plus à charger les batteries des scooters de la Poste.

Un deuxième accumulateur pilote se trouve dans l’Umwelt Arena Schweiz de Spreitenbach, où une exposition sur ce thème explique en outre l’ensemble du cycle – du scooter de la Poste, que l’on peut tester sur un parcours indoor, jusqu’à l’accumulateur constitué de batteries de scooters usagées en tant que partie de la technique du bâtiment, en passant par la production d’énergie solaire.

Depuis que la Poste a retiré de la circulation son dernier scooter à essence, fin 2016, ses quelque 6300 scooters utilisés par les facteurs sont tous électriques, l’énergie provenant exclusivement de sources renouvelables suisses certifiées «naturemade star». Cela permet à la Poste de réduire ses émissions de CO2 d’environ 4600 tonnes par an, soit 733 kg de CO2 par véhicule. Le scooter électrique consomme environ six fois moins d’énergie que le scooter à essence. Selon une étude de suivi du projet, les scooters électriques s’avèrent en tous points plus respectueux de l’environnement que les scooters à essence. Les scooters électriques sont une mesure du programme pour la durabilité «pro clima – nous sommes passés à l’action».

La flotte des scooters de la Poste est désormais composée pour l’essentiel du modèle Kyburz DXP d’un poids de 320 kg, qui parcourt en moyenne 5000 km par an. Avec une remorque, ce véhicule à trois roues peut transporter environ trois fois plus qu’un véhicule à deux roues et il dispose d’une sécurité renforcée et d’un frein de parking assisté qui garantit son immobilité à chaque arrêt.

Après environ sept ans d’exploitation, leurs batteries ont encore une capacité de stockage de près de 80%.

Le stockage de courant électrique est une technologie clé dans le passage à l’alimentation en énergie par des énergies renouvelables. De plus, cette deuxième vie donnée aux batteries des scooters permet d’utiliser au maximum les ressources et d’obtenir un écobilan positif.

La capacité de stockage d’un accumulateur est de 7 à 10 kWh. Le système de gestion des batteries et les paquets ont été conçus de telle manière que si plusieurs cellules de batteries par unité de stockage tombent en panne, le module de batteries peut malgré tout encore être utilisé, même si jusqu’à 30% des cellules de batterie employées sont hors service. La technologie développée pour le projet n’est pas limitée aux batteries des véhicules de distribution de la Poste, mais s’applique en principe aussi aux batteries usagées des différents domaines d’utilisation.

Le projet est réalisé en collaboration avec l’Ökozentrum, W. Schmid Projekte AG, l’Umwelt Arena Schweiz, Kyburz Switzerland AG, le Laboratoire fédéral d’essai des matériaux et des recherches, Helion Solar AG, Post Company Cars SA ainsi que Batteriewerk AG. L’Office fédéral de l’énergie soutient le projet dans le cadre de son programme pilote, programme de démonstration et programme phare.