Communiqués de presse, Communiqués de presse Mobility Solutions SA, Communiqués de presse Poste Immobilier Management et Services SA

Résultat stable de la Poste au troisième trimestre

La Poste boucle les trois premiers trimestres de 2015 sur un bénéfice consolidé* de 503 millions de francs (2014: 494 millions). Se montant à 640 millions de francs, le résultat d’exploitation* (EBIT) a légèrement augmenté par rapport à l’exercice précédent (632 millions), ce qui s’explique par la progression du résultat d’exploitation des services financiers, obtenue malgré le bas niveau persistant des taux d’intérêt. La contribution des autres marchés au résultat est en recul par rapport à l’exercice précédent.

Section Contenu riche

Durant les neuf premiers mois de l’exercice 2015, la Poste a réalisé un bénéfice consolidé[1] de 503 millions de francs, en hausse de 9 millions par rapport à l’exercice précédent. Se chiffrant à 640 millions de francs, le résultat d’exploitation[1] (EBIT) a aussi légèrement progressé (+ 8 millions), en raison principalement d’une diminution des pertes comptables sur les placements financiers, ainsi que de la forte augmentation du résultat des opérations de négoce qui a suivi l’abandon du cours plancher du franc face à l’euro. Le recul du volume des lettres adressées s’est poursuivi, mais a ralenti. Sur le marché de la logistique, la concurrence est toujours aussi intense.

Sur le marché de la communication, la Poste a réalisé au cours des trois premiers trimestres 2015 un résultat d’exploitation[1] (EBIT) de 166 millions de francs (2014: 188 millions). La diminution des charges enregistrée dans tous les secteurs de ce marché et la progression de la contribution de Swiss Post Solutions au résultat n’ont pas suffi à compenser le recul des produits d’exploitation de PostMail et de Réseau postal et vente résultant de la légère diminution des volumes. Le nombre de lettres adressées n’a reculé que de 1%, tandis que celui des envois non adressés a au contraire augmenté de 1,2%.
Sur le marché de la logistique, le résultat d’exploitation[1] (EBIT) a atteint 95 millions de francs, fléchissant ainsi de 2 millions par rapport à l’exercice précédent. Le recul du chiffre d’affaires des secteurs du transport de marchandises et du stockage ainsi que la diminution des recettes de la vente de carburants ont été en grande partie compensés par l’augmentation du volume des colis et par l’optimisation des charges d’exploitation. Le volume des colis s’est accru de 2,5%.
Sur le marché du transport de voyageurs, la Poste a réalisé un résultat d’exploitation[1] (EBIT) de 29 millions de francs (2014: 36 millions). Si les produits d’exploitation sont restés stables par rapport à l’exercice précédent, les charges[1] se sont accrues en raison de l’augmentation de l’effectif. Le total des kilomètres parcourus par les véhicules de CarPostal a augmenté de 1%.

PostFinance profite de la reprise du négoce des devises

Sur le marché des services financiers, PostFinance a réalisé un résultat d’exploitation[1] (EBIT) de 351 millions de francs, en hausse de 42 millions par rapport à l’exercice précédent. Cette progression s’explique pour l’essentiel par des pertes comptables moins importantes sur les placements financiers, ainsi que par l’augmentation du volume des transactions sur les marchés des devises suite à l’abandon du cours plancher du franc face à l’euro. Le résultat des opérations d’intérêts avant correctifs de valeur n’a pas égalé celui de l’exercice précédent, en raison des taux d’intérêt toujours très bas, voire négatifs, appliqués sur les marchés. Enfin, les mesures ciblées que PostFinance a prises en réaction à l’adoption d’un taux d’intérêt négatif par la Banque Nationale Suisse ont entraîné un recul de 4,4 milliards de francs des fonds des clients depuis le début de l’exercice. Dans le même temps, 13 000 nouveaux clients ont accordé leur confiance à PostFinance.

Des effets exceptionnels influent sur le bénéfice consolidé

Le résultat financier de la Poste pour les trois premiers trimestres 2015 inclut des effets exceptionnels d’un montant total net de 14 millions de francs ayant une incidence sur le bénéfice consolidé. Faire abstraction de ces effets (normalisation) permet de faciliter les comparaisons avec l’exercice précédent et d’illustrer l’évolution effective des activités opérationnelles.

Perspectives

En l’état, la Poste prévoit qu’elle atteindra les objectifs financiers du propriétaire en 2015 également. Le bénéfice consolidé[1] de l’exercice ne devrait présenter qu’un très léger recul par rapport à 2014.

1  Valeur normalisée

Section Contenu riche

Chiffres clés du groupe

Unité 1er - 3e trimestres 2015 1er - 3e trimestres 2014 Exercice 2014
Produits d’exploitation millions de CHF 6‘015 6‘119 8‘457
Résultat d’exploitation (EBIT)[1] millions de CHF 640[2] 632 803
en % des produits d’exploitation (rendement EBIT) % 10,6 10,3 9,5
Bénéfice consolidé millions de CHF 503[2] 494 638
Total du bilan millions de CHF 119‘974 123‘949 124‘671
Fonds propres millions de CHF 5‘297 5‘431 5‘010
Flux de trésorerie des activités d’investissement millions de CHF -504 -528 -369
Effectif du groupe Poste UP[3] 44‘032 44‘687 44‘681

1  Le résultat d’exploitation correspond au résultat avant résultat financier non opérationnel et impôts (EBIT).

2  Valeur normalisée.

3  UP = unité de personnel. Effectif moyen converti en postes à plein temps, sans apprentis.

Chiffres clés de PostFinance SA

Unité[1] 1er - 3e trimestres 2015 1er - 3e trimestres 2014 Exercice 2014
Nombre de clients milliers 2‘951 2‘928 2‘938
Nombres de comptes clients milliers 4‘832 4‘726 4‘752
Afflux de nouveaux capitaux[2] millions de CHF -4‘409 1‘010 2‘839
Patrimoine des clients[2] millions de CHF 113‘011 115‘467 117‘186
Patrimoine des clients dans solutions de partenaires[2] millions de CHF 7‘466 6‘825 7‘125
Hypothèques[3] millions de CHF 4‘988 4‘621 4‘713
Prêts clients commerciaux utilisés millions de CHF 8‘097 7‘926 8‘165
Utilisateurs e-finance milliers 1‘672 1‘607 1‘624
Effectif UP[4] 3‘571 3‘443 3‘466
Transactions traitées millions, cumulées 746 727 996

1  Au jour de clôture (à défaut d’indication contraire).

2  Moyenne mensuelle

3  En coopération avec des banques partenaires.

4  UP = unité de personnel. Effectif moyen converti en postes à plein temps. Effectif maison mère PostFinance.

Principaux chiffres clés des segments (unités du groupe)

30 septembre 2015 Produits d’exploitation (millions CHF)[1] Résultat d’exploitation (millions CHF)[1],[2],[6]
Marché de la communication 3‘383 166
PostMail 2‘060 246
Swiss Post Solutions 456 10
Réseau postal et vente 1‘122 -90
Marché de la logistique PostLogistics 1‘131 95
Marché des services financiers PostFinance[3] 1‘602 351
Marché du transport de voyageurs CarPostal[4] 627 29
Autres[5] 704 -1
30 septembre 2014 Produits d’exploitation (millions CHF)[1] Résultat d’exploitation (millions CHF)[1],[2]
Marché de la communication 3‘500 188
PostMail 2‘113 259
Swiss Post Solutions 483 8
Réseau postal et vente 1‘168 -79
Marché de la logistique PostLogistics 1‘138 97
Marché des services financiers PostFinance[3] 1‘624 309
Marché du transport de voyageurs CarPostal[4] 627 36
Autres[5] 650 2

1  Les produits et le résultat d’exploitation des segments sont présentés avant les frais de siège, les droits de licence et la compensation des coûts nets.

2  Le résultat d’exploitation correspond au résultat avant résultat financier non opérationnel et impôts (EBIT).

3  PostFinance SA applique également les prescriptions relevant du droit bancaire (Prescriptions comptables pour les banques, négociants en valeurs mobilières, groupes et conglomérats financiers, PCB). Les comptes établis selon les PCB et selon les IFRS présentent des différences.

4  Dans le domaine des transports publics régionaux, CarPostal Suisse SA est soumise à l’ordonnance du DETEC sur la comptabilité des entreprises concessionnaires (OCEC). Les comptes établis selon l’OCEC et selon les normes IFRS présentent des différences.

5  Comprend les unités de services (Immobilier et Technologies de l’information) et les unités de gestion (notamment Personnel, Finances et Communication).

6  Valeurs normalisées.

Section Contenu riche