Communiqués de presse

La Poste se focalise sur le nouveau système avec vérifiabilité universelle

La Poste a décidé de se focaliser, dans le domaine du vote électronique, sur le développement de son nouveau système avec vérifiabilité universelle. Elle prévoit de mettre ce système à la disposition des cantons à partir de 2020 en vue d’une exploitation à l’essai. La Poste renonce dès à présent à proposer le système utilisé précédemment. Elle a pris cette décision après une analyse approfondie. Cette évaluation tient compte de la décision du Conseil fédéral de ne pas introduire le vote électronique comme un canal de vote ordinaire jusqu’à nouvel avis. Dans ces conditions, les charges liées au développement et à l’exploitation de deux systèmes sont trop lourdes pour la Poste.

Le 26 juin 2019, le Conseil fédéral a décidé de renoncer temporairement à l’introduction du vote électronique en tant que canal de vote ordinaire. À la suite de cette décision, la Poste a dressé un bilan de la situation. Une majorité au sein de la population, des responsables politiques et des cantons est favorable au principe du vote électronique, tout en souhaitant les exigences les plus élevées à l’égard de la sécurité du système. «Au cours des derniers mois, la Poste a prêté une oreille très attentive et a analysé la situation. Nous sommes convaincus que le vote électronique répond à un besoin de l’électorat. C’est la raison pour laquelle il demeurera un secteur d’activité pour la Poste à l’avenir», précise Roberto Cirillo, directeur général de la Poste. «J’ai décidé qu’à l’avenir, nos ressources seraient consacrées exclusivement au nouveau système». À l’origine, la Poste envisageait une conversion progressive au nouveau système à partir de 2020. Elle souhaite à présent proposer le nouveau système aux cantons à compter de 2020 en vue d’une exploitation à l’essai.

Au vu de la décision du Conseil fédéral, le développement et l’exploitation parallèles de deux systèmes ne sont guère pertinents pour la Poste d’un point de vue économique. C’est la raison pour laquelle la Poste abandonne l’exploitation du système utilisé jusque-là dans quatre cantons. Il ne sera donc pas disponible en automne pour les élections au Conseil national.

Le nouveau système avec vérifiabilité universelle a été soumis à un test d’intrusion public (PIT) au printemps 2019. Durant ce test, il a résisté aux attaques de plus de 3000 hackers du monde entier.

Vérifiabilité universelle et vérifiabilité individuelle

Les mécanismes de sécurité centraux du système de vote électronique de la Poste comportent la vérifiabilité universelle et la vérifiabilité individuelle. Avec la vérifiabilité universelle, les autorités électorales peuvent vérifier lors du dépouillement des voix si des votes ont été manipulés dans l’urne électronique. Cette vérification est comparable au recomptage des bulletins de vote physiques. La vérifiabilité universelle permet aux cantons de contrôler le scrutin en toute indépendance.

Dans le cadre de la vérifiabilité individuelle, les électeurs reçoivent des codes de vérification sur support papier avec leurs documents de vote. Lors de la votation, ils les comparent avec des codes affichés sur l’écran et ont ainsi la certitude que leur vote a été correctement déposé dans l’urne.

Le nouveau système de vote électronique dispose des deux mécanismes. Le système de vote électronique utilisé précédemment ne proposait quant à lui que la vérifiabilité individuelle.

Renseignements: Service de presse, 058 341 00 00, presse@poste.ch