Communiqués de presse

Résultat annuel conforme aux prévisions

En 2019, la Poste a réalisé un bénéfice consolidé de 255 millions de francs, soit 149 millions de francs de moins qu’en 2018, et le résultat d’exploitation (EBIT) a atteint 450 millions de francs, en recul de 55 millions ou 11%. Ces résultats à la baisse ne sont pas une surprise, car les conditions-cadres restent difficiles pour la Poste.

Grâce aux mesures de prospection du marché et de gain d’efficacité des unités d’affaires, le résultat de la Poste n’a pas autant reculé que la détérioration des conditions-cadres le laissait prévoir. Le recul de 11% du résultat d’exploitation, qui est passé de 505 millions de francs en 2018 à 450 millions en 2019, reflète les importants défis auxquels la Poste doit faire face. C’est grâce au grand engagement de nos quelque 56 000 collaborateurs que de nombreuses unités de la Poste ont enregistré des résultats positifs, malgré les conditions-cadres difficiles. Les unités ont en outre fourni des prestations de grande qualité, si bien que la Poste a de nouveau dépassé les objectifs fixés par la Confédération.

La faiblesse des taux d’intérêt, le recul du volume des lettres et la forte croissance de celui des colis sont les principaux défis qui se posent à la Poste sur ses marchés clés. Ce sont d’ailleurs les trois causes de la constante diminution de son résultat depuis plusieurs exercices. Pour mener à bien sa transformation ces prochaines années, la Poste a besoin d’une assise financière suffisamment solide: «La Poste veut rester une entreprise saine et non subventionnée, apte à financer le service universel par ses propres moyens», souligne Alex Glanzmann, responsable Finances. «Si j’observe l’évolution du résultat financier ainsi que celle des principaux indicateurs de la Poste, la nécessité d’agir est manifeste», ajoute Alex Glanzmann.

Nécessité d’agir de plus en plus pressante

Chez PostFinance, les produits ne cessent de diminuer en raison de la faiblesse persistante des taux d’intérêt. En 2019, les produits d’intérêts ont de nouveau fortement reculé par rapport à l’exercice précédent, perdant 164 millions de francs, et les produits d’exploitation ont diminué de 44 millions à 1660 millions. «Cela montre clairement que dans l’environnement actuel de taux négatifs, nous ne sommes pas en mesure de compenser le désavantage concurrentiel découlant du fait que nous n’avons pas le droit d’octroyer des crédits et des hypothèques à notre compte», relève Hansruedi Köng, CEO de PostFinance. Par rapport à 2018, le résultat d’exploitation s’est certes amélioré de 20 millions de francs pour atteindre 240 millions, mais cette embellie ne durera pas, d’autant plus que les produits d’intérêts continueront à diminuer ces prochaines années.

Fenêtre d’opportunité

Depuis de nombreuses années, la Poste investit beaucoup dans ses infrastructures et ses services, de même que dans l’innovation, le développement des collaborateurs et la durabilité. Par exemple, l'efficacité en matière de CO2 a augmenté de près de 28 % par rapport à l'année de référence 2010. Le groupe a en outre opéré des investissements à hauteur d’environ 470 millions de francs rien qu’en 2019. «À ce jour, la Poste a toujours financé ses investissements par ses propres moyens, à partir des flux de trésorerie des activités opérationnelles», précise Alex Glanzmann. Or une fenêtre d’opportunité de quelques années seulement s’ouvre aujourd’hui pour mettre en œuvre les mesures nécessaires avec succès. La Poste, le propriétaire et les milieux politiques se doivent d’en profiter pour réagir aux principaux défis et esquisser des solutions pour l’avenir. «Maintenir le statu quo n’est pas une option. Si les conditions-cadres politiques et entrepreneuriales ne changent pas, la marge de manœuvre financière de la Poste deviendra rapidement insuffisante pour lui permettre d’opérer efficacement», souligne Alex Glanzmann.

Contrer la tendance négative

Ces dernières années, malgré le recul du volume des lettres, PostMail est toujours parvenue à réaliser de bons résultats en améliorant son efficacité. Il est cependant chaque année plus difficile de gagner encore en efficacité. En 2019, PostMail a enregistré un résultat d’exploitation de 370 millions de francs, en baisse de 18 millions par rapport à l’exercice précédent. Les produits d’exploitation ont diminué de 106 millions de francs et le volume des lettres a poursuivi sa baisse, reculant de 4,8%.

La Poste encore plus accessible

En 2019, la Poste a augmenté le nombre des points d’accès au réseau postal de quelque 450 unités, arrivant ainsi à 4753 points d’accès au total. Ces dernières années, RéseauPostal a fait de gros efforts pour redresser la barre. Elle est ainsi parvenue à progressivement réduire son déficit chronique. En 2019, le déficit de l’unité a néanmoins augmenté de 38 millions de francs, pour un résultat d’exploitation se chiffrant à -132 millions. Ce recul du résultat s’explique par la constitution de provisions pour retraites anticipées, liées à l’évolution en cours de l’organisation de l’unité.

Le boom des colis oblige à investir

Avant de réaliser des bénéfices, il faut souvent commencer par investir, comme le montre la situation de PostLogistics. La forte croissance du volume des colis, qui a atteint 7,3% en 2019, nécessite en effet d’investir plusieurs centaines de millions de francs dans de nouveaux centres colis. Le résultat d’exploitation de PostLogistics a atteint 128 millions de francs, en recul de 17 millions par rapport à l’exercice précédent. Ce recul s’explique par la vente d’un groupe de sociétés, par la constitution de provisions ainsi que par les coûts consécutifs à une attaque à main armée contre un transport de fonds. Les produits d’exploitation ont en revanche progressé de 44 millions de francs pour atteindre 1708 millions.

Une offre très appréciée des voyageurs

L’offre de CarPostal dans le domaine du transport de voyageurs a de nouveau été très appréciée en 2019 dans toute la Suisse. Grâce à une nouvelle extension de cette offre, le nombre de kilomètres parcourus a augmenté de 3,3% pour atteindre 124,1 millions de kilomètres, ce qui s’est traduit par une progression de 2% des produits d’exploitation. Le résultat d’exploitation s’est établi à -24 millions de francs, un résultat négatif dû principalement à des dépréciations de l’actif immobilisé. On peut en outre se réjouir de la précision de la planification dans la procédure de commande des transports assurés sous concession.

Au plus près des clients

Swiss Post Solutions connaît les besoins de ses clients et vise juste, en Suisse comme à l’étranger. Pour optimiser la gestion de leurs documents, elle s’appuie sur des technologies de pointe. Le facteur humain joue cependant toujours un rôle de premier plan et la qualité du service est assurée par du personnel hautement qualifié. Le résultat d’exploitation de 32 millions de francs – en hausse de 1 million par rapport à l’exercice précédent – montre bien que l’orientation stratégique de Swiss Post Solutions vers le facteur humain, les processus et la technologie est payante. Les produits d’exploitation ont progressé de 16 millions de francs pour atteindre 599 millions.

Continuer à financer le service universel par nos propres moyens

La Poste est à la croisée des chemins. Ce n’est toutefois pas la première fois, au cours de sa longue histoire, qu’elle fait face à des défis cruciaux pour son avenir. «Durant ses 170 années d’existence, la Poste n’a cessé d’évoluer. Un sens aigu de la qualité, le souci d’assurer le service universel sur l’ensemble du territoire ainsi que la proximité avec la population et les entreprises ont de tout temps été la raison d’être de la Poste, et ils le demeurent», relève Urs Schwaller, président du Conseil d’administration de la Poste.

La Poste veut rester une entreprise saine et non subventionnée. Ces dix dernières années, elle a versé environ 2 milliards de francs de dividendes à la Confédération. S’y ajoutent, pour l’exercice 2019, des impôts et des taxes à hauteur de 240 millions de francs. Notre but est d’écrire un nouveau chapitre de la longue histoire à succès de la Poste et de continuer à financer durablement le service universel par nos propres moyens. «Nous voulons assurer à l’avenir également un service public de première qualité, que nous sommes fiers de financer par nous-mêmes», déclare Roberto Cirillo, directeur général de la Poste. Et de souligner: «Le véritable dividende de l’activité économique de la Poste est la fourniture d’un service public de qualité à l’ensemble de la population et des entreprises du pays.»

Informations complémentaires:

 

Service de presse Poste, François Furer, porte-parole, 058 341 19 47, presse@poste.ch