Cinq mythes entourant la Poste

Mythe n° 1
La Poste est une entreprise monopolistique propriété de l’État

L’ère de l’entreprise publique des PTT est révolue: cette unité administrative de la Confédération a été dissoute en 1998. La Poste a alors vu le jour sous la forme d’un établissement autonome de droit public, qui a été transformé en société anonyme en 2013. Le monopole de la Poste sur la distribution des lettres et des colis jusqu’à cinq kilogrammes a été progressivement supprimé. Depuis 2009, la Poste ne dispose plus que d’un monopole résiduel pour les lettres du service intérieur jusqu’à 50 grammes. La Poste fournit toutes les autres prestations en concurrence avec divers fournisseurs sur le marché, ce qui représente 85,8% de son chiffre d’affaires.

Mythe n° 2
La Poste vit des impôts payés par les contribuables suisses

Pour remplir son mandat de service universel, la Poste ne reçoit pas de subventions ni de fonds publics de la Confédération, mais en assure le financement par ses propres moyens, contrairement à d’autres prestataires de services publics (santé, transports publics) qui sont subventionnés par l’État. À la Poste, l’argent circule même dans le sens inverse puisque l’entreprise verse chaque année des dividendes d’un montant de 200 millions de francs à la Confédération, son seul propriétaire. Par ailleurs, l’an dernier, la Poste a payé quelque 260 millions de francs d’impôts et de taxes.

La situation est différente pour CarPostal. Les commanditaires des lignes CarPostal sont la Confédération et les cantons, et les déficits sont indemnisés.

Mythe n° 3
La Poste distribue des lettres et des colis

Oui, mais pas seulement. La Poste est composée des six unités suivantes: PostMail, RéseauPostal, PostLogistics, PostFinance, CarPostal et Swiss Post Solutions. PostMail est responsable de la distribution du courrier, PostLogistics veille à la distribution des colis, RéseauPostal se charge des filiales de la Poste, Swiss Post Solutions est l’un des principaux fournisseurs au monde de services de gestion de documents, CarPostal s’occupe des cars postaux et du marché des transports et PostFinance se consacre aux opérations financières. Les lettres et les colis n’en demeurent pas moins l’épine dorsale de la Poste. PostMail et PostLogistics réalisent plus de la moitié des produits d’exploitation de la Poste.

Mythe n° 4
La Poste démantèle son réseau

Le réseau postal n’est pas réduit. Au contraire, le nombre de points d’accès est en augmentation: il existe toujours plus de filiales en partenariat, d’automates My Post 24, de services à domicile, de points de dépôt et de retrait ainsi que de points clientèle commerciale. Seul le nombre de filiales en exploitation propre diminue. La Poste est en train de moderniser 300 filiales, ce qui prouve qu’elle ne considère pas ses offices de poste comme un modèle obsolète. Fin 2019, le réseau postal comptait déjà plus de 4700 points d’accès. Dans les prochaines années, environ 200 filiales en partenariat vont venir s’ajouter au 1100 qui existent déjà. La Poste prévoit de porter progressivement le nombre de sites équipés d’automates My Post 24 à environ 200 d’ici à la fin de l’année 2020. Les clients bénéficieront ainsi de prestations postales 24 heures sur 24.

Mythe n° 5
La Poste s’intéresse trop aux innovations et ne se soucie pas assez de son activité de base

Non, car on ne peut pas dissocier clairement les innovations de l’activité de base. L’activité de base – la transmission d’informations et le transport de marchandises et de valeurs – tend de plus en plus à s’inscrire dans l’univers numérique. L’innovation est donc indispensable, en particulier dans le domaine des activités existantes. Citons à titre d’exemple la possibilité de gérer en ligne le lieu de retrait des colis. De même, les drones et les cars postaux sans conducteur ne sont pas des gadgets, mais des pistes de développement possibles qu’il convient d’explorer.