Le fonds en timbres, porteur d’une valeur ajoutée culturelle et sociale

Qui achète un timbre spécial avec supplément fait une bonne action: une somme est reversée au fonds en timbres pour l’engagement culturel et social. À travers ce fonds, la Poste soutient des projets très variés. À titre d’exemple, l’association Swiss Music Archives (SMA) peut ainsi préserver et rendre accessible la culture pop suisse.

Une affiche de 1955 annonce un concert de Louis Armstrong au Kongresshaus à Zurich avec des places à partir de quatre francs. «Beat, Beat, Beat!», promet un flyer pour le bal du carnaval de Frauenfeld avec l’orchestre de danse Morenos. Jimi Hendrix, Rumpelstilz ou Nirvana: pour savoir comment les concerts de groupes cultes ou de grandes pointures du rock étaient annoncés à l’époque en Suisse, il suffit aujourd’hui de consulter www.swissmusicarchives.ch. L’édition numérique d’affiches émanant de la collection du chroniqueur bernois de la culture pop Samuel Mumenthaler est l’un des projets portés par l’association Swiss Music Archives (SMA) fondée en 2015.

Préserver la culture pop

«Jazz, beat, rock, punk, hip-hop ou musique électronique ont servi de bande sonore à des changements culturels et sociétaux de grande ampleur», déclare Erich Keller, historien et président de l’association SMA. «Cela nous a tous durablement marqué. C’est pour cette raison qu’il faut préserver la culture pop.» Pourtant, il n’existe encore aucune collection publique, aucun musée, aucune solution d’archives à ce sujet en Suisse. «Dans nos musées, on trouve une multitude de costumes folkloriques et de tenues militaires. Mais aucun habit de la Street Parade à Zurich!», relève-t-il d’un ton critique. Le fonds en timbres de la Poste contribue à ce que le SMA puisse désormais se consacrer à un travail de collecte, de recherche et de publication à ce sujet.

Un vaste engagement social et culturel

En émettant des timbres-poste spéciaux avec supplément, la Poste soutient directement les organisations à visée culturelle ou sociale – et incite au débat public. Un exemple tout récent est le timbre-poste avec surtaxe en faveur des victimes de mesures de coercition à des fins d’assistance et de placements extrafamiliaux. Une part des ventes de timbres spéciaux avec supplément est reversée au fonds en timbres, qui finance divers projets et institutions: outre le SMA, il soutient actuellement des programmes d’échanges linguistiques pour les jeunes, le cirque pour enfants Robinson ou Limita, et le service spécialisé dans la prévention des abus sexuels à l’adresse des jeunes handicapés mentaux. 

Petite contribution pour un grand impact

Des sommes apparemment modestes peuvent avoir un grand impact. Par exemple, avec un soutien financier unique de 50 000 francs, le SMA a pu lancer en 2019 le projet «histoires d’objets», une publication numérique en accès libre sur l’histoire de la musique populaire en Suisse. Pour en assurer la réalisation, le SMA travaille en partenariat avec les Archives Sociales Suisses et utilise leur infrastructure, leur matériel informatique et leur savoir-faire. «Les objets appartiennent à des particuliers et personne ne peut y accéder», explique Erich Keller. Mais plus pour longtemps: il est ravi de pouvoir bientôt dévoiler les secrets de vestes en jean pailletées, de guitares électriques ou de vinyles.