Une deuxième vie pour les tenues postales

Il y a un an, Martin Wettstein triait des vêtements de travail usagés de la Poste dans le centre logistique de la Croix-Rouge suisse. Ce collaborateur polyvalent est également en charge de la gestion des stocks et de certains secteurs de la logistique. Il se prépare à entrer sur le marché du travail primaire – et s’assure que les textiles de haute qualité puissent être réutilisés.

Vestes en polaire grises, pantalons de travail robustes dotés de poches pratiques ou encore chemisiers jaune clair: chaque vêtement passe entre les mains de Martin Wettstein. Il vérifie si les boutons ne sont pas tombés, si les coutures sont intactes et si la marchandise est usagée. Il évalue chaque jour des kilos de textiles dans le centre logistique La Trouvaille de la Croix-Rouge suisse (CRS) à Berne et trie les vêtements en fonction de leur état et de leur catégorie.

De la qualité à petit prix, ou gratuite

La CRS revend les articles presque neufs dans ses magasins de seconde main «La Trouvaille». Les vêtements de bonne qualité mais présentant de légers défauts sont donnés, entre autres, à l’Aide suisse aux montagnards via Tell-Tex. Les familles des paysans de montagne les reçoivent gratuitement. Les vêtements qui ne peuvent plus être portés ainsi que les accessoires typiques de la Poste comme les foulards et les cravates sont recyclés par voie thermique: dans l’idéal, la chaleur obtenue lors de leur combustion est utilisée pour produire de l’électricité ou de l’énergie. Chaque année, la CRS traite en moyenne 15 tonnes de vêtements de travail de la Poste – Martin Wettstein tient des statistiques précises sur l’entrée de la marchandise.

Protection des marques et économie circulaire: aucune contradiction

La protection des marques représente l’un des grands défis liés à la réutilisation des vêtements usagés: ce qui est vendu ou donné ne doit pas porter d’étiquette de la Poste. «Sinon, quelqu’un pourrait se faire passer pour un postier», explique Martin Wettstein. «Pour une grande partie de la marchandise, il nous faut donc retirer l’étiquette avec précaution.» Cette tâche est effectuée dans le cadre de mesures d’intégration par des personnes présentant des problèmes de santé ou des difficultés d’ordre social. Martin Wettstein, collaborateur polyvalent, est également chargé du contrôle de la qualité.

«Nous avons désormais trouvé une première solution pour les cirés avec le grand logo de la Poste imprimé dans le dos», explique-t-il. Car ces vêtements aussi passent entre ses mains. «L’atelier protégé BEWO à Oberburg confectionne de petits sacs sur lesquels le logo est volontairement mis en évidence.» Antonia Stalder, responsable de projet Corporate Responsibility Poste, considère également que ce projet pilote représente un bel exemple d’économie circulaire: «En fabriquant ces sacs, nous refermons le cercle: nos vêtement de travail sont produits de manière équitable, donnés à la Croix-Rouge puis transformés en sacs dans un processus de recyclage créatif appelé upcycling ou surcyclage.» De nouvelles idées sont en cours de développement.

Postes de travail pour personnes en recherche d’emploi

Aujourd’hui, Martin Wettstein a accumulé deux bonnes années d’expérience au centre logistique de la CRS. Il a eu l’opportunité d’y étendre ses qualifications, de prendre de l’assurance et de gagner en stabilité – une occasion qu’il n’a pas manqué de saisir en faisant preuve d’un engagement remarquable. À présent, il a trouvé un emploi sur le marché du travail primaire: un bel exemple de réussite pour la collaboration entre la Poste et la CRS.