Timbres

Année internationale de la santé des végétaux

Les Nations unies consacrent depuis toujours des jours, des semaines, des années ou des décennies à certains événements ou sujets de manière à promouvoir les objectifs de l’Organisation par des campagnes de sensibilisation et d’autres actions. Elle a placé 2020 sous le signe de la santé des végétaux.

Certaines plantes sont menacées. Avec le commerce international et le tourisme, le nombre de nouvelles maladies et de ravageurs de la flore arrivant en Suisse se multiplie. Or, le changement climatique augmente le risque de voir ces organismes nuisibles importés s’établir chez nous et se propager, ce qui peut avoir de lourdes conséquences. Pour attirer l’attention de la société sur ce danger croissant et l’appeler à agir, l’ONU a proclamé 2020 Année internationale de la santé des végétaux. Un scarabée japonais est le sujet du timbre spécial à 85 centimes créé par Angelo Boog sur cette thématique. Arrivé en Italie il y a quelques années, on rencontre désormais cette espèce invasive en Suisse aussi, au sud du Tessin. Comme le montre le timbre, le scarabée japonais se nourrit de plus de 300 espèces végétales sauvages et de culture, dont des arbres fruitiers et la vigne. Il se distingue du hanneton horticole et du hanneton commun par les cinq touffes de soies blanches qu’il a sur les côtés. Toute personne qui repère un spécimen de ce coléoptère est tenu de l’annoncer au service phytosanitaire cantonal.

Le scarabée japonais: entretien avec Louis Sutter et Peter Kupferschmied, collaborateurs scientifiques de l’Office fédéral de l’agriculture

Le scarabée japonais s’invite en Suisse. Pouvez-vous nous en dire plus à ce sujet?

Ce scarabée originaire du Japon a été introduit au début du XXe siècle aux États-Unis. Dans les années 70, il est apparu pour la première fois en Europe, aux Açores. Ce coléoptère se propage de différentes manières: sur les longues distances, il est le plus souvent importé par les voyageurs à leur insu. On suppose ainsi que le scarabée japonais a été involontairement transporté au nord de l’Italie par avion. Le risque est par conséquent que des coléoptères adultes arrivent en Suisse, par exemple «en auto-stop», c’est-à-dire en étant transportés par des voitures depuis la zone italienne infestée. S’il s’agit d’une femelle portant des œufs, le scarabée japonais pourrait très bien prendre pied en Suisse. En outre, les scarabées japonais sont capables de voler sur plusieurs kilomètres et d’arriver ainsi dans notre pays par la voie des airs. Les larves et les œufs peuvent également être convoyés dans des mottes de végétaux ou de terre.

Comment pouvons-nous éviter, à titre individuel, l’invasion du scarabée japonais?

Nous pouvons tous contribuer à éviter la propagation du scarabée japonais en renonçant à ramener en Suisse des végétaux comme des plantes en pot depuis les régions infestées. Si vous prévoyez de voyager dans la région de Milan, vous devriez faire attention à ce qu’aucun scarabée japonais ne se «cache» dans vos bagages ou votre véhicule et n’entre ainsi clandestinement en Suisse. De plus, il est essentiel que la population suisse soit très attentive, de manière à ce que nous puissions détecter à temps d’éventuelles apparitions locales du coléoptère et éviter sa propagation: si vous apercevez ou croyez apercevoir un scarabée japonais en Suisse, il faut l’annoncer aussi vite que possible au service phytosanitaire de votre canton. C’est très important, car seule une intervention rapide permettra peut-être d’éradiquer une infestation locale ou, au moins, de lutter contre la propagation du scarabée japonais. Une fois que le coléoptère s’est installé dans une région, il est trop tard, et il faut alors trouver des manières de cohabiter avec lui.

Si j’aperçois un scarabée japonais dans mon jardin ou mon verger, que dois-je faire?

Le scarabée japonais ressemble au scarabée horticole indigène, mais il s’en distingue par les cinq touffes de soies blanches qu’il a sur les côtés et les deux touffes sur le dernier segment abdominal. Toute personne qui découvre un tel spécimen de coléoptère doit immédiatement l’annoncer au service phytosanitaire de son canton. Si cela est possible, il faut le capturer et le conserver en lieu sûr pour le remettre au service phytosanitaire.

Acheter des timbres-poste
Tous les timbres-poste se trouvent sur postshop.ch

Informations techniques

Vente

Philatélie: du 27.2.2020 au 31.3.2021 ou dans la limite des stocks disponibles
Filiales: du 5.3.2020 au 31.3.2021 ou dans la limite des stocks disponibles

Validité

illimitée dès le 5.3.2020

Impression

offset, en 4 couleurs; Cartor Security Printing, La Loupe, France

Formats

Timbre: 33 × 28 mm
Feuille: 194 × 140 mm (4 rangées de 5 timbres)

Papier

papier pour timbres blanc, avec azurant optique, gommé mat, 110 gm²

Dentelure

13¼:13½

Conception

Angelo Boog, Dietlikon