Digital Health

Un écosystème de santé ouvert et numérique crée de la valeur ajoutée pour toutes et tous

Nous vivons dans un monde toujours plus connecté – c’est aussi le cas de notre santé. Les soins médicaux n’ont plus uniquement lieu dans les cabinets, mais partout. La Poste sou-tient ce développement et veut accompagner les gens sur la voie du numérique, avec des solutions simples et sûres, ne nécessitant pas de mode d’emploi. Nicole Burth, membre de la Direction du groupe et responsable des Services de communication, explique com-ment la Poste contribue à façonner le système de santé suisse de demain.

Section Contenu riche

Nicole Burth, membre de la Direction de la Poste et responsable des Services de communication en est convaincue: «Les services numériques dans le secteur de la santé sont tout aussi intéres-sants pour le personnel spécialisé et les prestataires de services que pour la population.»
Nicole Burth, membre de la Direction de la Poste et responsable des Services de communication en est convaincue: «Les services numériques dans le secteur de la santé sont tout aussi intéres-sants pour le personnel spécialisé et les prestataires de services que pour la population.»

Nicole Burth, la Poste est active depuis de nombreuses années dans le domaine de la digital health. Pourquoi cet engagement?

Depuis toujours, la Poste veille au transport confidentiel et fiable de marchandises et d’informations. Nous mettons également cette compétence clé au service du système de santé suisse. Nous croyons fermement en un système de santé où l’être humain occupe une place centrale et où toutes les parties prenantes sont interconnectées. Un rapport de l’Office fédéral de la santé publique (OFSP) révèle que 72% de la population interrogée rencontrent des difficultés dans l’utilisation des informations et des services numériques. C’est pourquoi, dans un domaine aussi important que la san-té personnelle, il faut des solutions simples et sûres, ne nécessitant pas de mode d’emploi. Nous en sommes loin: en effet, en comparaison internationale, la Suisse obtient un score plutôt mauvais de 2 points sur 14 pour l’évaluation des services de santé numérique.

La Poste investit également dans l’élaboration d’écosystèmes numériques, dont un autour de la santé. Comment se représenter cela?

Nous nous engageons à ce que les gens, les PME, les autorités et, dans ce cas précis, le système de santé puissent facilement se mettre en réseau. Pour cela, nous créons des écosystèmes numériques ouverts, sécurisés, adaptables et évolutifs. L’écosystème Santé est à la disposition des cabinets médi-caux, des hôpitaux, des cliniques de réadaptation, des entreprises de technologie médicale ainsi que des patients. Ils peuvent y transmettre des informations et utiliser des services pour mieux interagir les uns avec les autres. Nous pensons qu’il s’agit d’un pas important vers le système de santé de demain.

Est-ce une vision, ou bien où en est la Poste dans la mise en œuvre de cet écosystème?

Dans le domaine de la numérisation, nous apportons déjà une contribution importante au système de santé suisse avec nos solutions de digital health. Outre notre plateforme E-Health, l’infrastructure pour le dossier électronique du patient, nous investissons également dans le développement de «Cuore – la plateforme de santé suisse». Cuore est une plateforme numérique sécurisée à partir de laquelle des services numériques peuvent être obtenus ou proposés en fonction des besoins. L’accent est mis sur les offres qui facilitent le travail quotidien entre les acteurs du secteur de la santé. À l’heure actuelle, ces deux solutions sont des pièces de puzzle isolées qui ne s’imbriquent pas encore dans un écosystème. Nous voulons que cela change.

Comment?

Nous voulons mettre sur pied un écosystème qui apporte une valeur ajoutée à l’ensemble du secteur de la santé et aux particuliers. Pour atteindre cet objectif, il faut un accès simple et sûr pour la popu-lation et les prestataires de services ainsi que p. ex. des fournisseurs de plateformes ou de technolo-gies qui mettent à disposition d’autres prestations et services spécifiques et font ainsi vivre l’écosystème Santé avec nous.

Pour ce projet, la Poste collabore donc avec d’autres acteurs du marché?

C’est notre but. Il existe sur le marché de nombreuses entreprises établies qui proposent des presta-tions et des services attrayants pour le secteur de la santé. Nous ne voulons en aucune façon prendre leur place, mais bien explorer avec eux comment nous pouvons développer ensemble l’écosystème Santé et ainsi faire progresser la mise en réseau. Dans ce cadre, une liaison à la plateforme de mise en réseau Cuore est une possibilité. Pour exister, cette dernière a justement besoin de l’adhésion du plus grand nombre possible d’acteurs offrant leurs propres prestations et services. L’interopérabilité joue également un rôle central, pour que les interactions avec d’autres plateformes et écosystèmes numériques soient le plus fluides possible.

Peux-tu nous donner un exemple où la valeur ajoutée d’un tel écosystème est bien visible?

En intégrant les prestataires de services ambulatoires et stationnaires à l’écosystème, il devrait être possible, à l’avenir, d’établir des ordonnances, p. ex. électroniquement, de manière sûre et sans équi-voque et de faire parvenir automatiquement les médicaments ou les moyens auxiliaires au bon desti-nataire. En outre, le rapport de sortie de l’hôpital et la médication d’un patient ou d’une patiente peu-vent être déposés directement dans le DEP et être consultés à tout moment et en tout lieu par d’autres médecins traitants. Les tâches administratives, les procédures et les processus peuvent éga-lement être optimisés et rendus plus efficaces grâce à des solutions intelligentes et intégrées. Parmi les avantages, on peut citer des coûts plus bas, une coordination optimisée des soins et une meilleure qualité de ces derniers.

Comment les citoyens et les citoyennes en profitent-ils?

Dès lors que l’interaction entre les différents services et systèmes commence à se mettre en place, il est possible de représenter l’ensemble du parcours d’un patient ou d’une patiente. De la première consultation médicale p. ex. via Virtual Visit, jusqu’à la traçabilité de la médication à la pharmacie, en passant par le suivi en continu avec teamplay MyCare Companion. L’application ePost pourrait, à l’avenir, elle aussi faire partie de l’écosystème Santé. Elle permettrait par exemple aux utilisateurs et utilisatrices d’envoyer leurs pièces justificatives à leur caisse-maladie, de recevoir et de classer les décomptes correspondants ou de reporter leurs rendez-vous médicaux existants. De plus, grâce à la plateforme Post E-Health, les particuliers ont accès à leur DEP personnel et détiennent ainsi la clé numérique de leurs données personnelles de santé.

La Suisse est-elle prête pour cette évolution?

En comparaison internationale, la Suisse se situe au 14e rang du Digital Health Index. Il y a donc un retard à combler. La bonne nouvelle: la pandémie a mis en évidence la nécessité de numériser le sys-tème de santé suisse; les prestataires de services et la population sont plus ouverts à cette idée. Ils ont reconnu le potentiel de la numérisation et témoignent d’une meilleure acceptation des solutions et services numériques. Les prestataires de soins, en particulier, peuvent ainsi se décharger et se concen-trer davantage sur leur activité de base, à savoir le traitement de leurs patients et patientes.

Est-il également envisagé d’inclure d’autres unités de la Poste dans l’écosystème Santé?

Oui, car la Poste se considère comme un prestataire intégral dans le secteur de la santé. Les services numériques peuvent également déclencher des processus physiques, entre autres dans la logistique. C’est pourquoi nous examinons comment la continuité peut être conçue avec le moins de recoupe-ments possible, par exemple, dans le domaine de la logistique sanitaire. Concrètement, certaines fi-liales de la Poste jouent un rôle central dans le dossier électronique du patient: elles apportent une contribution importante pour que la population ait un accès simple à ses données personnelles de san-té, en offrant des services d’ouverture du DEP.

Pour apporter une réelle valeur ajoutée, les projets de numérisation dans le domaine de la santé doivent être pensés globalement. Grâce aux solutions et services numériques, les prestataires de service peuvent davantage se concentrer sur leurs activités de base et donc sur le traitement de leurs patients et patientes.

Nicole Burth
Portrait Nicole Burth
La Poste veut établir un écosystème sanitaire numérique ouvert et sûr, qui crée de la valeur ajoutée pour tous les acteurs du système de santé.
La Poste veut établir un écosystème sanitaire numérique ouvert et sûr, qui crée de la valeur ajoutée pour tous les acteurs du système de santé.