Éclairages

Routes escarpées, virages serrés et quatre roues motrices

Depuis le mois d’août 2020, le courrier est distribué en quad électrique dans la commune sans voiture de Braunwald (GL). Nous avons accompagné la factrice Dania Bertsch pendant toute une journée sur sa tournée de distribution spéciale.

Fabio Stüssi

Section Contenu riche

Un jeune femme devant un casier de tri montre un journal.
À l’office de distribution de Schwanden (GL), Dania Bertsch prépare les envois de lettres en vue de la distribution aux habitants de Braunwald. © Fridolin Walcher / LUNAX

Il fait encore nuit dehors lorsque nous rencontrons Dania Bertsch à l’office de distribution de Schwanden (GL). À 5h45, elle commence son travail au casier de tri où elle prépare les envois de lettres pour les quelque 300 habitantes et habitants, les commerces et les maisons de vacances de Braunwald. Pendant ce temps, les colis que Dania emportera sur sa tournée de distribution sont déjà préparés par ses collègues un étage plus bas dans un chariot grillagé.

À 7h20, tout est prêt pour la tournée du jour. Dania conduit un VW Caddy dans le garage et commence immédiatement à le charger. Avec environ 20 colis et trois caisses de courrier et de journaux, le volume est assez raisonnable aujourd’hui. Mais certains jours, il arrive que la capacité du petit transporteur ne suffise pas à tout caser. «Nous avons eu des journées avec pas moins de 40 commandes LeShop. Il a fallu organiser des transports complémentaires». Aujourd’hui, ce n’est pas le cas et Dania est prête à partir au bout d’une dizaine de minutes.

Sortir du garage, accéder à la route et direction Linthal. Le trajet sur la route principale au sein de l’écrin de montagnes qui entoure la vallée dure 20 bonnes minutes et s’achève à la station inférieure du funiculaire de Braunwald où la voiture est de nouveau déchargée et les envois postaux sont transbordés dans des conteneurs de transport du funiculaire de Braunwald.

Poursuite du trajet en funiculaire

Pendant que Dania gare son véhicule de distribution, les employés du funiculaire chargent la partie la plus basse du funiculaire. Outre le courrier et naturellement les voyageurs, le funiculaire achemine également de lourds bidons de lait, des matériaux de construction, les bagages des clients des hôtels et toutes les autres livraisons vers la commune de montagne.

Une jeune femme attend le départ du funiculaire pour Braunwald.
© Fridolin Walcher / LUNAX

Comme aucune route stable ne mène à Braunwald, le chemin de fer de montagne constitue le seul moyen d’approvisionnement de la commune établie à 1 265 mètres d’altitude. Un funiculaire part toutes les 30 minutes. C’est le temps qui reste pour le chargement et le déchargement. «Il faut que je prenne au plus tard le funiculaire de 8h25, sinon je ne peux pas distribuer les envois express dans les délais», déclare Dania. Ils doivent arriver chez leur destinataire tous les matins avant 9h00. Le funiculaire s’ébranle à l’heure dite et, après six bonnes minutes, arrive la station supérieure où tout est à nouveau déchargé et déposé à l’ancien office de poste.

Une jeune femme charge des envois dans un quad électrique.

Arrivée dans la commune de montagne sans voiture

Dania se presse vers le conteneur en acier d’une grande sobriété qui se situe à quelques mètres de l’ancien office de poste. Elle y trouve son véhicule de distribution qui lui permet d’être immédiatement opérationnelle: le nouveau quad électrique utilisé depuis le mois d’août à Braunwald. Ce véhicule de distribution unique en son genre en Suisse a remplacé le petit transporteur tout terrain à moteur diesel qui avait fait son temps.

C’est en vain qu’on cherchera une voiture normale à Braunwald. La commune est entièrement sans voiture et mise dans toute la mesure du possible sur la mobilité électrique. De petits véhicules tout terrain et électriques servent au transport des personnes et des marchandises. On rencontre également des calèches tirées par des chevaux sur la route, mais surtout à des fins touristiques. Et encore un transbordement: sortie des conteneurs de transport, le courrier et les colis sont posés sur la surface de chargement entourée de plexiglas du véhicule de transport électrique compact.

Section Contenu riche

Tournée de distribution avec quatre roues motrices et moteur électrique

Trois heures après le début du travail, Dania peut enfin commencer sa tournée de distribution. «Je dois tout d’abord distribuer les envois express. Aujourd’hui, il n’y en a que deux et les deux adresses ne sont pas trop éloignées l’une de l’autre». Et la tournée commence à 19 km/h. Dès les premiers mètres, on comprend mieux pourquoi la Poste utilise ici un petit véhicule maniable avec quatre roues motrices: bien que Braunwald dispose d’un petit réseau routier, de nombreuses sections du trajet sont constituées de voies étroites et de chemins meubles, dont certains présentent des virages serrés et de fortes pentes.

«Il y a un tronçon que j’emprunte vraiment à contrecœur, car les voies sont si étroites et bordées de ravins à gauche ou à droite de la route». Bien que Braunwald ne compte qu’un peu plus de 300 habitants, la zone d’habitat dispersé s’étend sur près de 10 kilomètres carrés sur un versant extrêmement pentu. La tournée longe des hôtels, des maisons de vacances, des constructions modernes, d’anciennes maisons en bois et de fermes.

Vue sur la route de montage avec le quad électrique
© Fridolin Walcher / LUNAX
Une jeune femme distribue des courses à un habitant.
© Fridolin Walcher / LUNAX

Une étroite relation avec la population

Dania est attendue avec impatience par un grand nombre d’habitants de Braunwald. Ici, la Poste n’est pas seulement la Poste, c’est également un magasin d’alimentation roulant, une banque et même parfois une ouverture sur le monde extérieur. Dania est connue ici, presque tous la salue par son nom. Elle en fait de même. Trois factrices et facteurs distribuent le courrier à Braunwald et y assurent le service à domicile. Dania est l’une d’entre elles.

Après quelques kilomètres parcourus sur les routes et les chemins étroits et longs, Dania s’accorde une brève pause café sur la terrasse ensoleillée d’un restaurant de montagne. Elle est déjà debout depuis environ cinq heures. L’espace d’un instant, l’écrin de montagnes et le panorama laissent planer une impression de vacances et de romantisme montagnard. «C’est la récompense pour les nombreux transbordements et la pénible montée. Cela m’enthousiasme à chaque fois».

Jeune femme près d’une boîte aux lettres publique
© Fridolin Walcher / LUNAX

Après la courte pause, Dania retourne à l’ancien office de poste qui sera bientôt occupé par un magasin d’articles de sport. Elle décharge les retours qu’elle a pris en charge durant la tournée, charge le quad avec les envois postaux pour lesquels il n’y avait pas de place sur le véhicule le matin et se lance dans la deuxième tournée.

Fin de service en vue

Après plusieurs kilomètres supplémentaires sur les chemins étroits de Braunwald, Dania est arrivée au bout du parcours. Tout est distribué, les envois en retour sont pris en charge et les deux boîtes aux lettres publiques sont relevées. «Là-haut, je termine normalement mon service à 13h00. Ensuite, je dépose encore les envois faisant l’objet d’une invitation à les retirer à la filiale de la Poste Volg, à Linthal. Et en fonction de la situation, je dois également déposer des envois à l’office de poste de Schwanden. Les actes de poursuite, par exemple».

Une jeune femme revient vers le quad électrique après une distribution.
s© Fridolin Walcher / LUNAX

Dès que tout cela est fait, Dania peut ramener son VW Caddy à l’office de distribution et goûter une fin de service bien méritée. Jusqu’au lendemain matin 4h45 quand le réveil sonne.

rédigé par

Fabio Stüssi