Personnes

Comment Beat Steiner, un ingénieur pas comme les autres, a intégré la Poste

La société Auticon a pour mission de placer des personnes sur le spectre de l’autisme. Des gens comme Beat Steiner, employé chez Poste Informatique en tant qu’ingénieur électricien depuis le début de l’année. Une expérience – et une réussite pour tous les participants.

Fredy Gasser

Section Contenu riche

Beat Steiner assis à son poste de travail
Copyright: Urs Graber

Beat Steiner connaît très bien les clichés autour du trouble dont il est atteint. Quand la discussion vient à porter sur son syndrome d’AspergerTarget not accessible, on lui demande souvent: «Ah, comme dans le film Rain ManTarget not accessible?». «Je suis simplement un peu différent des autres à certains niveaux», dit-il. Concrètement: «Je suis inventif, stratégique et je réfléchis en termes de réseau, et toujours de manière transversale». Par ailleurs, il a également «de petits problèmes avec les structures fixes et les hiérarchies».

À la Poste, Beat travaille en tant qu’ingénieur en informatique dans la dénommée «Test-Factory». On y teste notamment chaque nouvelle fonctionnalité pour une solution logicielle donnée; qu’il s’agisse de tri des colis, de distribution, d’inscription ou de notification. L’ordinateur de bord de CarPostal et ses fonctions périphériques passent également au crible: afficheurs des arrêts, vente de billets, afficheurs extérieurs, annonces des arrêts et, surtout, comptage automatique des voyageurs. Beat explique que son activité de testeur est complexe et variée.

L’aiguille dans la botte de foin

Lors d’un test, rien n’échappe à la vigilance sans faille de Beat. «Je suis capable de repérer une aiguille dans une botte de foin. Ça peut être pénible, par moments», avoue-t-il en riant. «Quand quelque chose est décalé de deux pixels sur une présentation PowerPoint, je le vois. Je repère aussi les plus petites nuances de couleur, que personne d’autre ne distingue.»

Beat dit se sentir très bien accepté à la Poste. «La collaboration se déroule sans problème et dans une atmosphère collégiale. Nous échangeons sans difficulté au sujet d’expériences passées ou actuelles.» De nombreuses autres entreprises ont rejeté ses candidatures. «Les recruteurs craignaient que je ne parvienne pas à bien m’intégrer dans les équipes existantes – ou qu’elles ne s’entendent pas avec moi.» À la Poste, l’expérience a été tout autre.

Beat Steiner à côté d’un mannequin de vitrine
Copyright: Urs Graber

Du positif en terre inconnue

La collaboration est née de la mise en contact de Marco Knaeple, alors responsable d’équipe, avec la société AuticonTarget not accessible, qui place des personnes sur le spectre de l’autisme à des postes professionnels. «Notre équipe savait dès le début qu’elle s’engageait en terre inconnue», raconte Marco. La société Auticon l’a accompagné de manière active dans le processus, et a répondu ouvertement à toutes ses questions.

En outre, Auticon met un coach à la disposition de Beat Steiner dans le cadre de son emploi à la Poste, comme l’explique Stephan Gutzwiller, CEO de la société: «Les personnes se déplaçant en fauteuil roulant au bureau ont besoin d’une rampe pour les escaliers. Notre rampe à nous, ce sont les coachs professionnels.» Ces coachs servent également d’intermédiaires avec la clientèle d’Auticon, dans ce cas la Poste.

Pour la Poste, le recrutement de Beat Steiner représente un projet typique de l’entreprise. «Notre objectif est de percevoir l’autisme comme une force, et non comme une faiblesse.» Selon la Poste, il s’agit d’un énorme potentiel injustement inexploité. «Nous avons déjà engagé et placé chez des clients plusieurs personnes auparavant bénéficiaires de l’AI. Aujourd’hui, elles exercent à nouveau une activité et sont des contribuables.» Exactement comme Beat Stein, qui travaille toujours chez IT Poste.

rédigé par

Fredy Gasser