Éclairages

La lettre en Courrier A et le prix du café

Au cours des 18 dernières années, le café est devenu de plus en plus cher. Par contre, la lettre en Courrier A ne coûte jusqu’à présent qu’un franc. Nous adaptons désormais ce prix, tout en restant moins cher qu’à l’étranger.

Fredy Gasser

Section Contenu riche

La main d’un homme glisse une enveloppe dans une boîte aux lettres.

De combien augmenteront les lettres?

À partir de l’année prochaine, la lettre en Courrier A coûtera CHF 1.10 au lieu de CHF 1.–. Le prix de la lettre en Courrier B augmentera quant à lui de 5 centimes, passant de 85 à 90 centimes.

N’est-ce pas bien trop cher?

À la Poste, nous sommes d’avis que cette adaptation des prix est modérée. Depuis 2004, les salaires ont augmenté de près d’environ 17%, alors que les prix des lettres sont restés constants. Désormais, nous les adaptons avec modération.

Mais quel est le rapport avec le prix du café?

Une comparaison montre qu’en 2004, un café crème coûtait en moyenne CHF 3.54 en Suisse, contre CHF 4.25 en 2020, soit près d’un cinquième plus cher. Une autre comparaison avec l’étranger montre que les prix de la Poste sont toujours excellents: à Zurich, on peut expédier 6 lettres pour le prix d’un cappuccino, contre seulement 4 à Lisbonne et 3 à Helsinki. À Milan, une lettre coûte même plus cher qu’un cappuccino.

Pourquoi augmenter les prix?

La dernière augmentation du prix des lettres a eu lieu en 2004, il y a 17 ans. Depuis, non seulement les salaires ont augmenté, mais aussi le prix des habits (+12%) ou des rendez-vous chez le coiffeur (+17,5%). Associées à nos nouveaux avantages tarifaires, les augmentations de prix n’ont qu’un impact modéré sur la clientèle privée et commerciale.

Tendance à la baisse depuis de nombreuses années

Cela fait des années que le nombre de lettres envoyées diminue (-40% depuis 2002) et qu'à l'inverse, le nombre de ménages auxquels nos facteurs distribuent des lettres augmente. Conséquence logique: le coût unitaire du transport des lettres ne cesse de croître. Pour faire face à cette situation, nous avons déjà au cours des dernières années optimisé beaucoup de choses, exploité plus efficacement les synergies à disposition et réalisé des économies. Aujourd’hui, si nous voulons que la population suisse – tant à la ville qu’à la campagne – puisse continuer à déposer et à recevoir des lettres et des colis quotidiennement, nous n’avons plus d’autre choix que d’augmenter modérément nos prix.

Quels sont les avantages tarifaires?

Il y en a plusieurs: contrairement aux prix des lettres, ceux des colis restent inchangés. Ces derniers ont été adaptés la dernière fois en 2010. Les clientes et les clients privés qui affranchissent leurs colis en ligne bénéficient de tarifs réduits (exception: PostPac Priority de 2 à 10 kg). Les clientes et les clients commerciaux qui affranchissent leurs colis en ligne au prix courant bénéficient d’une réduction de 10% par envoi.

Et quel est l’avantage pour la Poste?

Les adaptations modérées de prix aident la Poste à couvrir la hausse des coûts du traitement du courrier. En parallèle, ces prochaines années, nous investirons plusieurs millions de francs pour répondre à l’augmentation constante du volume des colis, car nous entendons assurer le service universel postal également à l’avenir.

rédigé par

Fredy Gasser