Éclairages

«Avec la nouvelle CCT, la Poste endosse un rôle de précurseur parmi les employeurs»

Conditions d’engagement favorables aux familles, conciliation entre vie professionnelle et vie privée, égalité de traitement et protection contre les discriminations sont des thématiques importantes dans la nouvelle CCT de la Poste, qui entrera en vigueur le 1er janvier 2021. Valérie Schelker, responsable du personnel de la Poste et membre de la Direction du groupe, explique pourquoi cette nouvelle CCT fait de la Poste un employeur encore plus attrayant.

Muriel Bäriswyl

Valérie Schelker, responsable du personnel de la Poste et membre de la Direction du groupe.
Valérie Schelker, responsable du personnel de la Poste et membre de la Direction du groupe.

Valérie Schelker, la nouvelle CCT de la Poste est prête. De quoi êtes-vous particulièrement fière?

Je suis fière qu’avec nos partenaires sociaux syndicom et transfair, nous soyons parvenus à développer encore les bonnes conditions d’engagement de la Poste en regardant vers l’avenir et à les rendre encore plus attrayantes. Les négociations s’appuient toujours sur un principe de réciprocité. Par conséquent, il est évident que les intérêts sont divergents autour de la table de négociation. Il est d’autant plus important que toutes les parties trouvent des solutions communes dans l’intérêt du personnel. Au-delà des améliorations concrètes, la nouvelle CCT offre dans l’ensemble de la stabilité et de la sécurité en ces temps de bouleversement. Au vu de la situation actuelle liée au coronavirus, c’est plus important que jamais.

Quelles thématiques vous tenaient particulièrement à cœur dans ces négociations?

Je m’engage depuis des années pour l’égalité de traitement, indépendamment du sexe, de l’origine, de l’âge, de la langue, de la culture, du mode de vie, de l’orientation sexuelle et d’autres caractéristiques visibles ou invisibles. Je m’engage pour la conciliation entre vie professionnelle et vie privée, pour l’égalité salariale et pour des conditions d’engagement équitables. Je suis très heureuse que la Poste ait pu réaliser de véritables progrès sur ces thématiques avec la CCT 2021.

À votre avis, de quelles améliorations le personnel profitera-t-il le plus?

Toutes les collaboratrices et tous les collaborateurs profiteront du fait que la nouvelle CCT permettra de mieux concilier encore vie professionnelle et vie privée. Et pour toutes les personnes qui attendent un enfant ou souhaitent fonder une famille, la Poste offre des conditions d’engagement très attrayantes avec la nouvelle CCT: les jeunes mères auront désormais droit à six semaines de congé non payé en plus des 18 semaines de congé de maternité payé. Le congé de paternité passe de deux à quatre semaines de congé payé: les jeunes pères pourront en outre bénéficier de quatre semaines supplémentaires de congé non payé. Ils ne seront du reste pas les seuls à profiter de cette réglementation: en bénéficieront aussi la conjointe d’une mère au sein d’un partenariat homosexuel ainsi que les parents qui adoptent un enfant.

Ces conditions d’engagement sont-elles progressistes par rapport à celles d’autres d’entreprises suisses?

Sur le plan de la conciliation entre vie professionnelle et vie privée en particulier, la Poste endosse un rôle de précurseur avec cette nouvelle CCT. Je pense là surtout au congé commun de prise en charge des proches qui n’existe encore que de manière très sporadique dans les entreprises suisses, et que nous proposerons désormais: si les deux parents travaillent pour le groupe Poste, ils peuvent mettre en commun leurs droits aux congés de maternité et de paternité payés et non payés et se répartir ces congés comme ils le souhaitent. La seule condition est que les 14 semaines de congé de maternité prévues par la loi reviennent à la mère. En ce qui concerne le congé de paternité, la Poste accordera à l’avenir quatre semaines de congé, soit le double de ce qui est prévu dans le projet de loi sur lequel nous voterons cet automne.

Pourquoi la conciliation entre vie professionnelle et vie privée est-elle centrale pour vous?

Du point de vue économique, la Suisse ne peut tout simplement pas se permettre de sous-exploiter le potentiel d’hommes et de femmes très qualifiés qui doivent garder des enfants! En tant que troisième employeur de Suisse et entreprise du service public, la Poste a une responsabilité à prendre à cet égard. Cependant, je ne pense pas seulement à l’intérêt des familles: mon but est de promouvoir la diversité de manière très générale. Plusieurs études montrent très clairement que les équipes mixtes sont non seulement plus déterminées, mais aussi plus innovantes, et qu’elles contribuent ainsi également à la réussite économique d’une entreprise. Elles prennent moins de décisions inappropriées, car elles peuvent adopter un point de vue plus équilibré.

Le congé de paternité fait l’objet d’un vif débat en Suisse. Quel est l’objectif de la Poste en le faisant passer de deux à quatre semaines?

Le congé de paternité favorise l’égalité de traitement entre les mères et les pères dans la vie professionnelle, mais il reflète également l’évolution des rôles traditionnels, une évolution dont nous voulons tenir compte dans nos conditions d’engagement. Les jeunes collaborateurs et collaboratrices surtout portent un regard neuf sur ces rôles. Nous voulons leur offrir un environnement de travail attrayant à la Poste. 

Ce sont là d’excellentes nouveautés pour les familles. Qu’en est-il des autres collaborateurs et collaboratrices? Y aura-t-il également des améliorations pour eux?

Avec le droit de ne pas être joignables et la possibilité pour les collaboratrices et collaborateurs à temps partiel de définir des jours bloqués d’entente avec leur équipe, nous posons un jalon courageux: nous améliorons ainsi la protection de la santé pour le personnel avec plan de service, mais aussi pour celui du back-office. À notre époque de numérisation où nous sommes toujours «en ligne», nous renforçons ainsi également l’autonomie du personnel.

La nouvelle CCT poursuit l’objectif de l’égalité salariale. Pourquoi n’a-t-il pas encore été atteint à la Poste?

En 2018, la Poste a chargé pour la troisième fois, à sa propre initiative, le bureau d’études BASS d’effectuer une évaluation de l’égalité salariale entre hommes et femmes. L’enquête a révélé un écart de salaire injustifié de -2,2% à la Poste, ce qui est un très bon résultat. En 2016, ce chiffre était encore de -3,7%; par rapport à l’économie suisse dans son ensemble, qui enregistrait un écart de salaire injustifié de -7,7% en 2016, la Poste est très bien positionnée. Toutefois, c’est un chiffre qui ne nous satisfait pas encore. C’est la raison pour laquelle j’ai signé l’automne dernier, au nom de la Poste, la «Charte pour l’égalité salariale dans le secteur public». En inscrivant le thème de la transparence salariale dans la nouvelle CCT, et en donnant désormais des indications sur le salaire dès la publication de l’offre d’emploi, nous progressons sur la voie de l’égalité salariale.

0% d’écart de salaire: n’est-ce pas illusoire?

C’est un objectif que nous poursuivons sans relâche avec nos partenaires sociaux syndicom et transfair. Pour les nouveaux engagements en particulier, nous avons la possibilité d’éviter dès le départ des écarts de salaires injustifiés, et de faire ainsi baisser encore le chiffre qui les reflète. Avec nos partenaires sociaux, nous avons par ailleurs créé une plateforme nommée www.poste-courage.ch, qui permet aux collaboratrices et aux collaborateurs de s’adresser à nous de manière confidentielle s’ils sont concernés par une inégalité salariale. Les écarts salariaux qui subsistent aujourd’hui encore sont essentiellement liés aux hausses de salaires automatiques qui prévalaient par le passé. Une correction entraînerait logiquement une baisse de certains salaires, ce que nous ne souhaitons pas, car les collaboratrices et collaborateurs concernés ne sont pas responsables de cela.

L’article sur l’égalité de traitement a été nettement étoffé. Pourquoi la thématique est-elle importante pour la Poste?

Il s’agit d’une des exigences clés de la Poste: nous ne tolérons aucune forme de discrimination! En tant qu’entreprise du service public, nous sommes là pour l’ensemble de la population, et nous voulons la représenter dans toute sa diversité.

Quel est votre prochain objectif?

Avec mon équipe et avec toutes les unités de la Poste, nous faisons tout pour pouvoir continuer de recruter à l’avenir des collaboratrices et collaborateurs hautement qualifiés et déterminés pour toutes les tâches et les plus de 100 métiers que compte la Poste, mais aussi pour les nouvelles fonctions que nous allons créer dans le cadre de la transformation de la Poste. Notre objectif est de parvenir à faire face non seulement aux défis d’aujourd’hui, mais aussi à ceux de demain. Je souhaite bien entendu que nous parvenions à maintenir une collaboration constructive avec nos partenaires sociaux. C’est absolument déterminant. La crise actuelle le montre une fois de plus: les ressources humaines constituent la première richesse de la Poste, d’elles dépend le succès de l’entreprise. Nous devons en prendre soin.

La nouvelle convention collective de travail de la Poste

La Poste, le syndicat syndicom et le syndicat transfair ont élaboré deux documents contractuels au cours des négociations relatives à la CCT 2021: d’une part une CCT faîtière, qui régit la collaboration entre les partenaires sociaux et s’applique à près de 70% du personnel de Poste CH SA, de CarPostal SA et de PostFinance SA. D’autre part la CCT d’entreprise de Poste CH SA, qui définit les conditions d’engagement des quelque 25 000 collaboratrices et collaborateurs soumis à la CCT. Le Conseil d’administration de la Poste et les instances responsables de syndicom et de transfair ont approuvé ces nouveaux documents contractuels (CCT faîtière et CCT Poste CH SA). Ainsi, la nouvelle CCT entrera en vigueur le 1er janvier 2021 pour une durée de trois ans. Elle remplacera la CCT de 2016 actuellement en vigueur. La nouvelle CCT apporte des améliorations importantes pour le personnel, en particulier du point de vue des conditions d’engagement, favorables aux familles, de la conciliation entre vie professionnelle et vie privée, de l’égalité de traitement et de la protection contre les discriminations.

Les collaboratrices et collaborateurs soumis à la CCT de CarPostal SA et de PostFinance SA se verront dotés de CCT d’entreprise séparées, élaborées sur la base de la CCT faîtière, qui prendront en considération les particularités et les conditions-cadres spécifiques à leurs secteurs. PostFinance a achevé ses négociations; le résultat doit encore être approuvé par le Conseil d’administration de PostFinance et par les instances de syndicom et de transfair. Les négociations sont encore en cours pour CarPostal. 

rédigé par

Muriel Bäriswyl